Appel aux scientifiques – Vincent Pavan

COLLECTIF MATH-INFO

 

Appel aux scientifiques utilisant les mathématiques et l’informatique pour la création d’un collectif de contrôle effectif des publications scientifiques formelles et numériques venant en justification des mesures politiques

 

Vincent PAVAN, Mathématicien et Modélisateur, Maître de conférences, Aix-Marseille Université, UMR 7343

Christophe POUZAT, Neurophysiologiste et Statisticien, Chargé de recherche, CNRS Université de Strasbourg UMR 7501

e Strasbourg UMR 7501


Un processus de contrôle scientifique défaillant

Le processus classique de relecture par les pairs (peer review)  utilisé par les revues scientifiques dans leur ensemble – y compris les plus reconnues – subit une crise structurelle engagée depuis de nombreuses années autorisant de fait la diffusion de résultats faux de bonne foi, mais aussi frauduleux, partiaux ou de mauvaise foi.

• En 2010, Reinhart et Rogoff publient dans l’American Economic Review (journal très côté en économie) un article « démontrant » une corrélation négative entre dette publique et croissance. Cet article sera utilisé par la troïka pour justifier le traitement imposé à la Grèce. En 2014, Herndon, Ash et Pollin (dans le Cambridge Journal of Economics) montrent que l’article de Reinhart et Rogoff est basé sur des erreurs de programmation, une sélection des données et des pondérations statistiques « à façon ».

• Entre 1999 et 2001, Jan Hendrik Schön, star montante des Bell labs, publie 80 articles expérimentaux en nano-technologies comme premier auteur, dont 13 dans les revues Science et Nature. En 2002, il se fait prendre (par imprudence de sa part) et les articles sont rétractés.

 

Les raisons structurelles 

Dans le cadre des productions formelles et numériques, outre le manque de déontologie et d’éthique scientifique, il existe des raisons structurelles à cette rareté de vérification effective :

• L’absence d’une utilisation systématique de la notion de prouvabilité (vérification des preuves mathématiques) et de reproductibilité (vérification de leur réalisation numérique) 

• Un processus de relecture / évaluation qui est divisé et non pas collectif : c’est à dire qui repose sur l’utilisation des sommes individuelles et non sur l’utilisation d’un avis d’ensemble (holisme méthodologique) ;

• Un processus de relecture qui réduit de plus en plus le temps de réponse imposé aux relecteurs et qui se finit trop souvent en négociation entre les producteurs et les éditeurs. En conséquence, si aucun relecteur n’a individuellement les moyens de vérifier une preuve ou un code (cela demande trop de travail ou de temps), la somme des critiques de ceux-ci ignorera totalement cet aspect des articles.

 

Exemples de production scientifique douteuse pendant l’épisode sanitaire

Durant l’épisode sanitaire, en France, au moins deux résultats scientifiques :

• d’une importance politique cruciale

• produits dans l’urgence manifestement sans relecture sérieuse

étaient notoirement confidentiels, falsifiés ou partiaux dans les arguments qu’ils ont fourni au pouvoir exécutif.

• Salje & al (dont Cauchemez et Fontanet) dans la revue Science (acceptée le 11 mai 2020) : la justification de l’efficacité du confinement est affirmée de façon imaginaire par les auteurs qui ont en outre refusé d’envisager une analyse des données confirmant l’existence d’une hypoxie silencieuse.

• Dès le mois de Mars, le président Macron, sur la base de simulations confidentielles réalisées par Neil Ferguson à l’Imperial College et relayées par Simon Cauchemez au Conseil Scientifique (Le Monde 15/03/20), annonçait entre 300 000 et 500 000 morts en France « en l’absence de toute mesure de prévention ou d’endiguement. »

 

Or chacun de ces résultats a servi de justification à des décisions politiques complètement inédites prises par le gouvernement français.

 

Motivations à la création du collectif

Nous justifions la nécessité de réunir un groupement de mathématiciens et d’informaticiens sur des bases relevant à la fois du droit et des recommandations de l’UNESCO.

• Article L-141-6 du code de l’éducation : Le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique.

• Recommandation concernant la science et les chercheurs scientifiques du 13 novembre 2017. L’UNESCO déclare entre autre que : la libre communication des résultats, des hypothèses et des opinions – comme le suggère l’expression ” libertés académiques ” – se trouve au coeur même du processus scientifique et constitue la garantie la plus solide de l’exactitude et de l’objectivité des résultats scientifiques.

 

En conséquence nous sollicitons

• Les membres de la communauté de la recherche dans le domaine de l’informatique, des mathématiques intéressés par la présente démarche pour qu’ils rejoignent rapidement le collectif que nous souhaitons créer et qui ne pourra exister que s’il est capable de rassembler un nombre suffisant de personnes compétentes ;

• Les personnels de tous les IREM (Institut de Recherche sur l’enseignement des mathématiques) pour qu’ils nous rejoignent afin de produire une documentation de haut niveau à destination des enseignants du secondaire, des universités populaires, de la justice et des médias ;

• Dans la période précédant la formation effective du collectif lui permettant de décider de sa politique de communication, nous sollicitons REINFOCOVID pour pouvoir bénéficier de ses structures et de ses réseaux de diffusion permettant la circulation d’une information libre et construite de façon autonome par le collectif.

 

Conditions de constitution légitime et mission

La réussite d’un processus de contrôle de la production scientifique dans le cadre de son utilisation politique ne peut fonctionner que s’il vérifie un certain nombre de conditions • Le collectif doit réunir un nombre suffisant de personnes ; • Ces personnes doivent relever des articles L-123-9, L-141-6 et L-952-2 du code de l’éducation ; • Elles ne doivent pas entrer en conflit avec des intérêts privés ou politiques.

 

Le collectif doit être capable de produire une information critique, argumentée, vérifiable à l’usage du politique et du juridique et de décliner cette information à destination du public dans des formes qui puissent être accessibles au plus grand nombre.

 

En pratique

Pour nous rejoindre dans les conditions explicitées précédemment merci de bien vouloir envoyer un mail à :

collectif-mathinfo@protonmail.com
Vincent PAVAN & Christophe POUZAT
pour le collectif Transparence et reproductibilité math-info

 

Si nous ne faisons pas collectivement l’effort de la vérification et de la reproductibilité face à des résultats faux ou incertains ayant des impacts sociétaux colossaux, les mathématiques, l’informatique et la modélisation seront discréditées pour de nombreuses années et les citoyens perdront la confiance dans les sciences formelles pourtant les plus rigoureuses.

 


 

Défilement vers le haut Aller au contenu principal