Liberté-Algérie: Il faut éviter les vaccins à ADN

Type :

Date de publication : 16 octobre 2021

Résumé

Pr Kamel Djenouhat, président de la Société algérienne d’immunologie : “Il faut éviter les vaccins à ADN”

EXTRAIT:

Liberté : Beaucoup  de  laboratoires  ont  annoncé  que  des vaccins contre la  Covid-19  sont  dans  la  dernière  ligne  droite  avant  leur commercialisation.  Quel  est  le  profil du  vaccin  qui  correspond à l’Algérie ?
Pr Kamel Djenouhat : Le choix d’un vaccin dépend par définition de plusieurs critères, notamment  l’efficacité, la  sécurité  et, enfin, le coût.  L’efficacité représente la capacité du vaccin à induire une réponse immunitaire sur le plan intensité, le type de la réponse, c’est-à-dire anticorps et/ou lymphocytes T et sa durée dans le temps.

Je m’explique en illustrant cela par quelques exemples : pour le vaccin anti-coqueluche ou antidiphtérique, on a besoin d’un vaccin qui stimule la production des anticorps, alors que pour la tuberculose, le vaccin doit générer des lymphocytes T. Pour la Covid-19, le vaccin idéal est celui qui stimule les deux types d’immunité à la fois.

Pour ce qui est de la sécurité d’un vaccin, les producteurs attendent et recherchent l’apparition d’effets indésirables dans un délai de 60 jours après la dernière injection de la phase III pour déclarer sa sécurité. Le coût est aussi un élément-clé et déterminant pour les pays en voie de développement. Bien que nous soyons rassurés après les déclarations de M. le ministre de la Santé par rapport à son acquisition, quel que soit son prix.

Références & liens

Lire l’article : https://www.liberte-algerie.com/actualite/il-faut-eviter-les-vaccins-a-adn-349840

Défilement vers le haut
Aller au contenu principal