Les Chroniques Réinfocovid

Knock version XXIe

Bonjour à nouveau,

Aujourd'hui, mercredi 6 janvier 2021, je ne suis toujours pas infirmière, ni médecin, ni statisticienne, encore moins spécialiste des virus, des microbes, des sciences en général, sauf celles du langage (un peu). Je ne sais pas toujours pas mieux tricoter, mais je sais encore lire, penser, m'interroger, confronter des points de vue. Je fus professeure de Lettres et de Latin, maintenant, je suis rédactrice Web.

J'ai écrit, dans cette rubrique « Témoignages », une série de 6 articles publiés il y a peu (décembre 2020), intitulés : (Co)vid(e), épisodes 1 à 6. J'avais conclu par un post-scriptum qui disait qu'il y avait encore bien des sujets à traiter.

Voici donc un autre sujet de réflexion avec une thématique littéraire, cette fois-ci !

Pour celles et ceux qui se souviennent avoir étudié, en cours de français, tout ou partie de la pièce de théâtre de Jules Romain, Knock. Je résume :

L'auteur y décrit l'établissement d'une propagande sanitaire dans une petite bourgade perdue de France, dans laquelle les gens sont majoritairement bien portants et robustes. Le personnage principal est Knock, un (faux) médecin qui vient de racheter le cabinet du docteur Parpalaid, car ce dernier a décidé de quitter la bourgade pour s'installer en ville. Knock s'étonne très vite de l'impertinente bonne santé des habitants de la petite ville, lui qui pensait gagner beaucoup d'argent en soignant beaucoup de malades. Il installe alors rapidement une stratégie basée sur la manipulation, donc sur le mensonge, en partant de principe que « tout bien-portant est un malade qui s'ignore ». Il met dans sa poche l'instituteur et le pharmacien, en leur exposant des planches de vulgarisation d'organes (sains Vs malades) et de dessins de bactéries et autres virus, accompagnés d'explications compliquées, anxiogènes et sous forme de dogme. Ainsi les effraie-t-il. Puis, il abuse de son autorité de « docteur » (ou savant, ou scientifique, etc.) pour terroriser la population en leur inventant des maladies. Je vous fais grâce des événements qui font monter le suspens en puissance. Bref, la pièce se termine sur une vue d'ensemble de la ville, où l'unique hôtel a été transformé en hôpital destiné à soigner des gens qui ne sont pas malades, mais qui pensent l'être, parce que «c'est le docteur qui l'a dit !». Voilà, ça nous laisse songeurs et songeuses, non ?
À chaque fois que j'ai évoqué ou étudié cette pièce avec mes élèves, cette notion de propagande leur posait problème, car ils n'en voyaient pas la finalité. Je faisais alors un parallèle avec la Seconde Guerre mondiale en contextualisant la pièce de théâtre dans un univers réel qui fait partie de notre Histoire commune. Mais j'étais loin d'imaginer que je serai un jour partie-prenante de cette pièce.

Mon Knock à moi est protéiforme :

- Parfois, ses initiales sont O.V. et il s'énerve tout seul comme un enfant capricieux sur les bancs de l'Ass**blée Nat**nale. Et quand on consulte son C.V, on s'aperçoit qu'il a bien le titre de médecin neu**logue (diplôme obtenu en 2008) et dont l'intitulé de thèse est « Co**usion d'origine épile**tique au sein d'une po**lation âgée » (tiens, tiens !), mais qu'il n'a pratiqué que peu de temps avant d'entamer un nouveau cursus d'études à l'I.E.P de Paris pour obtenir en 2012 un executive master en « gestion et politique de santé ». Après tout, chacun a le droit de changer de voie professionnelle, rien de grave !
- Parfois, mon Knock est blonde (Initiales : K.L), médecin infec***logue, cheffe du service des maladies inf***tieuses à l'hôpital Saint-An**oine de P**is et hante les plateaux de télé. Ce matin, j'étais en train de consulter ses déclarations de « liens » d'intérêts avec les laboratoires sur le site Transparence-Santé, quand j'ai été brusquement déconnectée. Sur mon écran, j'ai pu lire : « Le site est temporairement indisponible. Nous prévoyons un retour du service vendredi 13/04. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée. ». 13 avril !!! Oh ! Oh ! Comme je suis plutôt organisée et que je notais petit à petit les résultats de mes additions pour une petite partie de ses déclarations, j'en étais déjà à plus de 47 000 € à la page 7 (d'autres pages suivaient, mais j'avais pris une pause de 5 min.). Voir le post-scriptm...
- D'autres Knock sévissent également sur les plateaux télé et on les aperçoit toujours masqués, comme le concombre éponyme des B.D de ma jeunesse. Initiales A.F., J.-F.D.... Ou bien sont-ils cachés derrière leur écran d'ordinateur, le sourire carnassier > (A.-C.C.).

Bref, il y en a d'autres... Mais ce serait leur faire trop d'honneur que des tous les citer ici.
Et votre Knock à vous, il est comment ?

À méditer !
Marie-Pierre L. Citoyenne
PS : 2 heures après cette mésaventure sur le site Transparence Santé, la fin de leur maintenance était revenue à la date du 7 janvier prochain. Mais parfois, l'écran n'affiche plus rien et j'entends mon ordinateur ronronner comme s'il moulinait dans le vide. J'ai fait les captures d'écran, au cas où... (Clin d'œil et sourire) !

Aller au contenu principal