Les Chroniques Réinfocovid

Le changement commence dans notre vie quotidienne

« Je ne laisserai qu'une trace, mon amour de la vie et des autres et de l’univers. »

Réveillons-nous, n'attendons pas d'être à la veille du déluge.

Il y a bien des approches, bien des méthodes différentes pour amener le changement.

Et cela commence par nous-mêmes et dans notre vie quotidienne.

« Voir les choses en germe, voilà le génie . » Lao Tseu

Nous avons devant nous de grandes possibilités (l'univers est illimité).

Nous avons en nous un grand potentiel ; nous avons devant nous de multiples perspectives.

En tout premier lieu « Pour que je sois l'auteur de ma vie, il faut que mes actes soient le produit de ma réflexion ».

Je ne peux pas me permettre de déléguer la réflexion. Je dois penser par moi-même.

Et le meilleur moyen de changer la donne, c'est de s'engager dans toutes les instances et en tout premier lieu de devenir acteur de sa vie et j'ajouterai, acteur de sa santé.

Il faudra inventer d'autres chemins, d'autres voies, ouvrir notre vision sur d'autres horizons.

S'impliquer dans les associations, en créer d'autres...

S'engager dans la santé, l'écologie, le bio, l'économie sociale et solidaire… de nouvelles pratiques alternatives.

Marchons hors des sentiers battus, seuls, nous sommes peut-être peu de chose (en sachant que chacun de nous est un être unique et merveilleux) mais ensemble, nous pouvons déplacer des montagnes.

« Oser, c'est perdre pied momentanément, ne pas oser c'est se perdre soi-même ». Soren Kierkegaard

Renonçons à la tiédeur, à la fuite, à l'indifférence, aux doutes (pas les doutes éclairants), à la peur… au vacarme, à l'agitation, à la superficialité… Prenons nos responsabilités !

Gardons en tête un noble but :

Pour moi, ça serait de participer à une humanité où il fait bon vivre.

Et veiller à ce que notre plus grand engagement soit dans la fraternité, le partage, la solidarité, l'AMOUR pour retrouver notre humanité.

Notre humanité peut être une très grande force pour amener le changement pour nous, pour nos enfants, nos petits-enfants sur la terre entière.

« Il nous faut maintenant changer d'ère : passer du choc des civilisations à la fraternité des cultures, du choc des indifférences à la fraternité des cœurs. »

Pourquoi la fraternité ?

« Elle est ce qui manque le plus à notre vivre-ensemble et ce dont l’absence -ou la rareté- nous fait le plus souffrir." Amin Maalouf

Joyeuse

Aller au contenu principal