même s’il pleut _ confinement

Même s’il pleut…
Sortir
Puisque je peux encore
Fouler l’herbe et tremper mes chaussures
Les enfants se foutent d’avoir les pieds au sec
Lorsqu’ils jouent à découvrir des endroits abandonnés
Où la nature a repris ses droits
Puisque j’ai encore le droit
M’émerveiller de ces îlots recouverts de mousse
De ces petits lacs creusés au cœur des arbres
Ecouter la symphonie ralentir le temps
Des gouttes effleurant les feuilles en les tapotant
Puisque j’ai encore l’envie
Partir à la recherche d’Asperges sauvages
Parcourir leur liane et leur couper la tête
Pour les mettre dans mon assiette
Marcher mouillée
Puisque je peux encore jouir
De tout mon être et respirer
Passer sous les fils électriques
Puisque je peux encore me baisser jusqu’à la terre
L’embrasser au passage
L’honorer comme dernière maison
Ma liberté se joue dans les plus petits endroits
Dans la respiration où je suis, elle grandi
Puisque mon souffle va et vient
Mes affaires ne sont pas adaptées à la situation…
Avec tout ce que je possède
Il me manque une paire de botte et un grand ciré
Le soleil est en moi qui me protège
Mon corps est-il suffisamment étanche pour
M’éviter d’attraper le mal ?
Il ne sait plus qu’il peut marcher sous la pluie
Sans courts circuits – Tout réapprendre
Se laver des futilités et des projets à long terme
Puisque l’heure est réglée à chaque minute
Me convertir au rien
Me satisfaire de ce qui est
Puisque je peux encore exister
Dans les minuscules choses de la vie
Revoir les œuvres monumentales à la baisse
Les grandes maisons en construction
L’achat de matériaux inutiles
Puisque je peux être sans bâtir
Observer attentivement cette fissure dans le mur
Laisser passer l’idée de la reboucher
Créer pour autant un autre monde
Où le centre n’est plus moi
Puisque je suis où que je sois

Stéphanie

Défilement vers le haut
Aller au contenu principal