Réveille-toi

Réveille toi
Dehors chante la révolte silencieuse des vivants Tu te crois seul. Nous sommes des milliers Ouvre ta fenêtre :
Le monde est plus beau les yeux ouverts Jamais les oiseaux ne cesseront de voler

Réveille-toi
La mort ne menace pas toutes les portes
Elle ne doit pas t’empêcher de vivre
C’est la peur qui fait de nous des lâches
Des poltrons-minets dociles et perdus
Comme des enfants qui saisissent la première main venue dans le noir

Réveille-toi
La Révolte t’appelle
Ne les laisse pas bâillonner le rire des enfants
Ni enfermer nos vieux dans cette solitude terrible Qui les achève
L’amour est la plus vitale nourriture

Réveille-toi
Dans cette petite lucarne
Leurs arbres-graphiques
Ne t’offrent que des oeillères
Pour te mener tout droit où bon leur semble Comme un cheval de trait

Réveille-toi
La Vie ce n’est pas le labour
Puis la Mort
La vie c’est le rire, une étreinte, Une épaule, une note de musique ... Un poème

Ajoute à ce Monde Qui en a tant besoin Ta voix
Ton chant

Ton rire
Ta peau offerte aux rayons du soleil

Sors de ta prison : Tu ne le sais pas Mais la clef est là Tout près

Avec l’Espoir impatient qui trépigne Au fond de ta poche

Saisis-les dans tes poings serrés Et ouvre la porte
Pour nous rejoindre

Véronique V.

Aller au contenu principal