Bilan du rapport de l’ATIH

Partagez cet article :

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Par : Collectif Reinfocovid

L’ATIH (Agence Technique de l’Information sur l’Hospitalisation) a rendu le 28 octobre 2021 son rapport sur la prise en charge hospitalière de la Covid-19 en 2020 qui confirme indiscutablement l’extraordinaire exagération des hospitalisations en rapport avec la COVID-19

Écouter cet article en audio (mp3)

 

Bilan du rapport de l’ATIH

A Retenir 

  • La COVID-19 n’a jamais dépassé les 4% de l’activité normale de l’hôpital.
  • L’activité de l’hôpital n’a jamais été aussi faible qu’en 2020 ! (-10% soit 2 millions de séjours en moins)
  • Seul l’abandon massif des pouvoirs publics peut expliquer le marasme de l’hôpital.

 

L’ATIH (Agence Technique de l’Information sur l’Hospitalisation) a rendu, le 28 octobre 2021, son rapport sur la prise en charge hospitalière de la Covid-19 en 2020 [1]. Ce rapport confirme indiscutablement l’extraordinaire exagération des hospitalisations en rapport avec la COVID-19 [2].

En effet, dès la page 2 de ce rapport on peut lire : Les patients COVID représentent 2% de l’ensemble des patients hospitalisés au cours de l’année 2020, tous champs hospitaliers confondus [1]. La figure 1 montre que les patients COVID ont représenté 2% de l’activité hospitalière en MCO (médecine, chirurgie, obstétrique, odontologie), 5% en soin critique et 11% en réanimation.

Figure 1 : Poids des patients COVID dans l’activité hospitalière MCO : médecine, chirurgie, obstétrique, odontologie), soins critique et réanimation)[1]

Seuls les décès et les durées de séjour ont augmenté, compte tenu de la part croissante de COVID-19 dans l’activité globale et de la moyenne d’âge nettement plus élevée des patients touchés par l’épidémie. Ainsi, les durées de passages en réanimation ont été deux fois plus longues pour les patients COVID que pour les autres : 14,5 jours en moyenne [3]. Et pour comparaison, les prises en charge en service de réanimation pour grippe en 2019 ont duré en moyenne 11,0 jours par patient [1] .

Cette proportion est bien sûr moyennée sur l’année. Pour être tout à fait honnête, il faut alors regarder :

1- La répartition temporelle (activité mensuelle) où des pics ont pu être observés et

2- La répartition géographique (activité par région) où des pics ont pu être observés.

 

1- Répartition temporelle

En étudiant la part COVID sur l’activité hospitalière, à partir des données brutes de l’ATIH sur le site scansanté.fr [4,, 5], on constate que seulement deux pics d’activité liés à la COVID-19 ont dépassé les 2% (Figure 2) :

  • en avril 2020 avec 7.6%
  • en novembre 2020 avec 3.7%

Figure 2 : Part de l’activité COVID dans l’activité hospitalière de 2020. [2, 5]

Cependant, le rapport de l’ATIH MCO (Médecine, chirurgie obstétrique et odontologie) 2020 [3] montre que l’activité hospitalière de 2020 a été particulièrement réduite par rapport à celle de 2019 (Figure 3), du fait des nombreuses déprogrammations.

Figure 3 : Evolutions mensuelles de l’activité hospitalière 2019/2020 [3]

Ainsi, en avril 2020 l’activité hospitalière globale était environ 2 fois plus faible que celle de 2019 à la même époque, et en novembre, elle était également inférieure (90% de l’activité de 2019).

Donc le pic d’activité Covid-19 d’avril correspond au maximum à 3,7% de l’activité normale (et 3% en novembre).

 

2- Répartition géographique

Les données brutes de l’ATIH concernant l’activité hospitalière par région (disponibles sur le site scansanté.fr [4, 5]) montrent que la région la plus impactée en 2020 est l’Ile de France avec 2.2% d’activité Covid-19 (Tableau 1). Notons également qu’en parallèle, l’activité globale est aussi la plus faible (-14% pour une moyenne nationale à -11,7%).

Tableau 1 : Activité hospitalière annuelle pas région [2, 5]

 

En conclusion :

Ces chiffres sont indiscutables. Ils parlent d’eux-mêmes :

  • LA COVID-19 N’A JAMAIS DEPASSÉ LES 4% DE L’ACTIVITÉ NORMALE DE L’HÔPITAL.
  • L’ACTIVITE DE L’HÔPITAL N’A JAMAIS ÉTÉ AUSSI FAIBLE QU’EN 2020 ! (-10% soit 2 millions de séjours en moins).
  • SEUL L’ABANDON MASSIF DES POUVOIRS PUBLICS PEUT EXPLIQUER LE MARASME DE L’HÔPITAL.

 

Références

[1] https://www.atih.sante.fr/sites/default/files/public/content/4144/aah_2020_analyse_covid.pdf

[2] https://www.youtube.com/watch?v=Ghb3mykWyvA

[3] https://www.atih.sante.fr/sites/default/files/public/content/4144/aah_2020_analyse_mco.pdf

[4] https://www.scansante.fr/

[5] https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/l-activite-hospitaliere-en-2020-la-237405

A voir également :

Vous souhaitez contribuer à nos contenus en publiant des articles critiques ou scientifiques ?

Ecrivez-nous !

Défilement vers le haut
Aller au contenu principal