Vaccin Janssen, mise à jour des données de pharmacovigilance

Partagez cet article :

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email
Par : Collectif Reinfocovid

Chaque nouveau rapport de pharmacovigilance sur les vaccins nous apprend toujours la même chose : Nous ne savons encore rien de ces vaccins !

Chaque nouveau rapport de pharmacovigilance sur les vaccins nous apprend toujours la même chose : Nous ne savons encore rien de ces vaccins !

 

A RETENIR

  • Les Covid longs peuvent selon l’ANSM être aggravés par le vaccin Janssen
  • 92 % des échecs vaccinaux suite au vaccin Janssen sont GRAVES avec 16 % de DECES
  • 16 des 87 patients GRAVES NE PRESENTAIENT AUCUN FACTEUR DE RISQUE
  • Malgré tout, ce vaccin vient d’être autorisé en dose de rappel par l’Agence européenne du médicament

 

Le vaccin Janssen aggrave-t-il la COVID-19 ?

Le vaccin Janssen, originellement préféré car ne nécessitant qu’une seule dose, a ensuite été jugé inefficace et toutes les personnes ayant reçu une dose de vaccin Janssen ont dû recevoir une seconde dose de vaccin par ARNm.

Coup de théâtre, l’Agence Européenne du Médicament vient de l’autoriser en dose de rappel après deux injections de vaccins à ARNm ! Il paraîtrait que ce vaccin, inefficace en primo-vaccination, serait efficace en dose de rappel.

Dans le rapport de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé) sur la pharmacovigilance du vaccin du 22/10 au 18/11/2021, l’ANSM s’arrête sur les échecs vaccinaux du vaccin Janssen (https://ansm.sante.fr/uploads/2021/12/03/20211203-covid-19-vaccins-focus-2-janssen-periode-22-10-2021-18-11-2021-3.pdf).

Ce rapport nous apprend que ces échecs vaccinaux sont comptabilisés uniquement à partir de 21 jours post-vaccination. Toute infection COVID-19 se produisant avant ce délai de 21 jours n’est donc pas comptabilisée comme un échec de la vaccination.

 

Au 18/11/21, un total de 104 cas d’échecs vaccinaux après le vaccin Janssen ont été signalés aux autorités de pharmacovigilance française.

Sur ces 104 cas, l’ANSM a décidé d’en exclure de la comptabilisation :

  • 5 cas survenus avant le délai de 21 jours
  • 2 cas de COVID-longs aggravés par la vaccination
  • 2 cas dont la date de vaccination par Janssen était antérieure à son autorisation de mise sur le marché

 

Conclusions

  • Les COVID longs peuvent donc selon l’ANSM être aggravés par le vaccin Janssen
  • Des personnes ont été vaccinées avec un vaccin avant son autorisation
  • Parmi 95 cas d’échecs vaccinaux déclarés ET retenus par l’ANSM pour analyse, 87 était GRAVES
  • 92 % des échec vaccinaux suite au vaccin Janssen sont GRAVES avec 16 % de DECES
  • 16 des 87 patients GRAVES NE PRESENTAIENT AUCUN FACTEUR DE RISQUE

 

Il est donc légitime de se poser la question :

Le vaccin Janssen aggrave-t-il la COVID-19 ?

 

Ces données sont d’autant plus inquiétantes au regard de l’autorisation de l’utilisation de ce vaccin en dose de rappel délivrée par l’EMA  

 

A voir également :

Vous souhaitez contribuer à nos contenus en publiant des articles critiques ou scientifiques ?

Ecrivez-nous !

Défilement vers le haut
Aller au contenu principal