Témoignage de :

17 jours

20 décembre 2021

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Bonjour,

Aujourd'hui, nos nerfs lâchent... Plantons le décor : famille banale de 2 enfants, un de 13 ans l'autre 10 ans. Le premier est privé d'activités à cause de notre choix de ne pas le faire vacciner. Les conséquences de ce choix pour lui sont dures et immédiates et pèsent très lourd face à d'hypothétiques effets indésirables liés au vaccin. Sa vie n'est plus comme dans le "monde d'avant"...Il en souffre...Vraiment... Et on s'en veut un peu...parfois énormément de lui faire subir ça !

Le 2e a encore un peu de répit puisqu'il échappe au passe du fait de son plus jeune âge : il peut profiter de la vie presque normalement si on fait abstraction du masque porté à l'école. Récemment fermeture de la classe de notre plus jeune. 1er test négatif pour tout le monde, papa et maman se partagent sa garde à la maison. Le grand continue d'aller au collège. Le 2e test fait pour pouvoir retourner en classe revient cette fois positif. Et là...on bascule dans les questionnements et les réflexions sur le comment faire. Comment faire pour ne pas avoir à nous cacher pendant 17 jours (c'est le tarif des non-vaccinés cas contacts).

Honteux d'avoir une telle pensée, nous croisons presque les doigts pour que notre propre test soit positif. Au moins pour notre grand, ça lui permettrait d'obtenir le saint Pass et de regagner pour quelques mois une vie libre... Pour nous, les parents, cela nous permettrait si nous n'avons pas de forme grave, de ne devoir quitter nos postes "que" 10 jours... Je l'ai dit, j'ai eu honte d'en arriver à raisonner ainsi. Honte vis à vis de ces gens qui ont été si durement frappés par la maladie. Mais non... toujours négatifs... Nous voilà donc face au moment où nous devrons faire notre "coming out" sur notre statut vaccinal, assumer publiquement d'avoir dit non et nous cacher ensuite à la maison alors que nous ne sommes ni moins aptes, ni plus contagieux que nos collègues vaccinés qui gardent toute liberté de mouvement.

Le retour au boulot promet d'être compliqué. Il nous faudra de la force de caractère pour ne pas baisser la tête ni raser les murs... Et davantage pour répondre : NON à la question: " Bah alors, tu as compris la leçon, tu vas te faire vacciner maintenant ?" J'adresse tout mon soutien et mon respect à ces personnes qui ont eu la force de ne pas céder quitte à en payer le prix fort. (Soignants et autres professions). Je voudrais tellement avoir la même...mais seulement 4 mois après ce fameux 12 juillet, nous sommes épuisés nerveusement et blessés psychiquement.

Défilement vers le haut