Témoignage

Affiche obligation de port du masque

Bonjour,

Il s'agit d'un fait tout à fait mineur en soi, mais qui n'est pas inintéressant dans ce qu'il révèle du niveau de manipulation devant lequel on se trouve...Cela se passe en région PACA.
Je suis cliente régulière d'une importante pharmacie qui fait entre 60 et 70 % de son chiffre d'affaires sur des produits destinés aux "pratiquants" des médecines "alternatives" (ce qui est mon cas !). En clair, elle est assez engagée sur ce plan et fait suivre régulièrement à ses salariés des formations sur ces médecines.
Donc, a priori, elle n'est pas tout à fait dans le sens du courant présent.
Et j'y suis connue depuis des années. Je ne suis pas réputée pour faire des histoires à quiconque.
Jusqu'au mois de Juin 2021, j'ai pu m'y présenter avec un masque ostensiblement sous le menton sans m'attirer la moindre réflexion.
A fin Juin/début Juillet, la foudre m'est littéralement tombée sur la tête parce que je n'avais pas le masque, et même il y a eu menace de ne plus me vendre de produits. A cela j'ai répondu que je
les mettrai immédiatement en correctionnelle, ce qui a calmé le jeu des menaces.
En revanche, les réflexions et demandes constantes ont continué sur un ton très désagréable.
Au début de cette semaine, devant le renouvellement de ces propos, je réponds gentiment, mais fermement :"Votre affiche "PORT DU MASQUE OBLIGATOIRE" est formalité non légale, donc elle n'a aucune valeur contraignante."
Effectivement, pour être contraignante, elle doit comporter les références du texte de loi, la date du décret d'application ainsi que le numéro de l'article, le paragraphe et l'alinéa portant obligation
de mettre le masque.
En l'absence de ces notifications, l'affiche a simple vocation ornementale sur la vitrine.
Panique à bord : l'employée pharmacienne qui me servait appelle une collègue et lui dit :"Elle m'a dit que l'affiche n'était pas légale".
On appelle à la rescousse une troisième, puis une quatrième employée :"Elle a dit que l'affiche n'était pas légale. Que va-t-on faire ?"
Curieusement, elles ne m'ont pas demandé en quoi elle n'était pas légale. Il est vrai qu'elles étaient tellement déstabilisées... !!!!!
Je leur ai alors expliqué en deux mots ce qui faisait que cette affiche n'avait rien de contraignant.
Je ne sais pas si elles ont bien compris ...Qu'importe !
Aujourd'hui, j'y retourne.
Je sens un immense malaise et personne n'ose me demander de mettre le masque !!!!!!
J'ai alerté des amis (des fidèles de Réinfo Covid aussi !!!) qui vont se précipiter dans ladite pharmacie pour jouer la même séquence qui peut d'ailleurs être reproduite dans tous les magasins puisque l'affiche est quasiment partout la même.
Pourquoi vos juristes ne mettent-ils pas en avant ces arguments qui sont juridiquement imparables ?
De même, des caissières ou des vigiles n'ont aucun droit en la matière : nous sommes devant un texte de loi - officiellement reconnu "d'exception" -. A ce titre, seuls des représentants de l'Etat (gendarmes et policiers nationaux (et non municipaux) sont habilités à en surveiller le respect.
Il faudrait une délégation en bonne et due forme pour que caissières et vigiles privés puissent être substitués ponctuellement aux représentants légaux de l'Etat.
Ce ne sont pas des annonces à la télévision et par voie de conférence de presse qui font le droit : elles le défont !!!!!
Votre service juridique devrait exploiter ces lourdes carences des textes et de la situation Continuez votre beau travail !

Bien cordialement !
J. DULA

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Autres témoignages

Défilement vers le haut
Aller au contenu principal