Témoignage

Atteinte à la liberté de circuler dans les services de psychiatrie au CHCB

Depuis 1 an maintenant, l'accès général des services de psychiatrie adulte d’un Centre Hospitalier de la Côte Basque reste fermé à clé.

L'entrée et la sortie des patients, dont la grande majorité est hospitalisée en régime de placement libre, sont conditionnées à la présence d'un agent qui leur ouvre la porte. Sous couvert d'une mesure sanitaire, il s'agit tout autant d'un moyen sécuritaire de gérer la pénurie de personnel soignant et ses conséquences sur la surveillance des usagers.

Si cette décision était acceptable en mars 2020, dans les premiers temps de l'épidémie, nous ne l'acceptons plus depuis longtemps.

Malgré les demandes que j'ai formulées au nom du syndicat LAB dont je suis le représentant dans notre établissement, la Direction reste intraitable et la situation perdure.

Cette mesure globale et administrative nous semble une atteinte à la liberté de circulation. Elle est discriminatoire et stigmatisante à l'encontre des personnes atteintes de pathologies psychiatriques.

Nous avons aussi contacté l'UNAFAM, le Contrôleur Général des Lieux de Privations de Liberté ainsi que le Défenseur des Droits. Sans réponse.

 

Xan Brialy, secrétaire du Syndicat LAB au Centre Hospitalier de la Côte Basque

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Autres témoignages

Défilement vers le haut
Aller au contenu principal