Témoignage

Besoin d’aide … La suite de l’histoire

Bonjour,

 

Je me permets de vous réécrire afin de vous faire part de la suite de l'histoire concernant la pression que l'on met sur les gens au Québec pour les pousser à se faire vacciner. J'ai pensé que cela pourrait vous intéresser d'établir un parallèle ou une comparaison avec ce qui se passe en France et ailleurs.

 

A l'heure actuelle, je travaille à temps partiel dans un hôpital psychiatrique. Récemment mon employeur a fait savoir au personnel non vacciné qu'en vertu du décret gouvernemental il était souhaitable de se faire vacciner sans quoi il serait obligatoire d'effectuer des dépistages réguliers et systématiques de la Covid. A l'instar de plusieurs de mes collègues j'ai donc annoncé à mon employeur que je choisissais de me faire tester.

 

C'est ainsi que hier, je me suis présentée au travail, ne sachant pas quand débuterait la procédure. Je suis entrée en poste à 8h30 et au cours de l'avant-midi on m'a annoncé que je devrais me faire tester à 13h00.  J'ai alors questionné la pertinence du test sachant que d'une part j'étais déjà en poste et que d'autre part je ne reviendrais pas au travail avant deux semaines ce à quoi on m'a simplement rétorqué que c'était la consigne. Au cours de la journée, j'ai aussi cueilli des témoignages de certains collègues ayant des tests de prévus sur des journées consécutives, impliquant qu'ils seraient testés à nouveau alors que les résultats de la veille ne seraient vraisemblablement pas encore disponibles.  Tester pour tester donc. Plusieurs collègues ont admis se sentir harcelés, faisant état de plusieurs appels par jours pour les tests et du réprobation manifeste du fait qu'ils aient choisi de ne pas se faire vacciner. J'ai pour ma part eu droit à ce genre de commentaires négatifs lorsque j'ai informé mon employeur du fait que je ferais les tests plutôt que de me faire vacciner.

 

Il m'apparait de plus en plus clair maintenant que cette mesure en est une qui vise à inciter coûte que coûte les travailleurs à se faire vacciner. Beaucoup ont déjà craqué et pour ceux qui restent la pression est très forte. Que penser de tout ceci alors que la tendance est au déconfinement et que les hospitalisations dues à la covid semblent rarissimes selon les chiffres officiels ? Que penser aussi du fait que malgré cet état de fait, le gouvernement a fait en sorte la semaine dernière de maintenir l'état d'urgence lui donnant pleins pouvoirs ? Personnellement je m'inquiète de ce recul des droits et libertés individuelles. De ce recul de la possibilité de débattre sur la place publique et du parti pris de la plupart de médias.

 

 

 

Voici le message que j'ai reçu ce matin de l'institut dans lequel je travaille :

''Tel qu'annoncé lundi, nous avons atteint notre objectif de couverture vaccinale de 85% ! 

Nous avons donc procédé au tirage des 3 prix de participation de 25$ parmi tous les employés vaccinés.

Félicitations à vous 3! 

 Vous pouvez passer au service des communications pour récupérer votre prix ou appeler au poste 1339 pour prévoir un moment.

 

Le concours se poursuit ! Nous ferons tirer un prix de 100$ lorsque nous atteindrons les 90%. ''


Cela me semble totalement scandaleux. Je suis estomaquée de voir que ce genre de pratique soit ''normalisée'' et avalisée par la majorité, du moins en apparence.

Le combat est dur à mener, la résistance est dispersée et l'appareil médiatico-étatique agit tel un rouleau compresseur. On pousse à la vaccination alors même que les mesures sanitaires s'allègent significativement.

Je crains vraiment que les non-vaccinés deviennent des boucs émissaires si jamais une hausse de cas de covid se manifeste à moyen terme.

 

 

Je vous remercie d'avoir pris le temps de me lire.

 

 

Bien à vous,

 

Julie

 

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Autres témoignages

Aller au contenu principal