Témoignage

Ce que j’ai vu…

Tout d'abord merci au collectif RéinfoCovid d'ouvrir cette fenêtre d'expression, fenêtre d'ouverture et d'empathie sur le vécu des uns et des autres. Merci à toutes et à tous d'avoir témoigné et partagé ici, je viens vous lire régulièrement, vous m'avez ainsi encouragé à venir déposer ici ce que j'ai vu.

L'épidémie est arrivée, les doutes et les mensonges l'ont suivi de prés. Le pangolin bouc émissaire facile, les masques inutiles car il n'y en a pas puis indispensables pour museler, faire peur, étouffer, rendre anonyme...l'HCQ proposée par un éminent spécialiste : nan, nan... Il déraille... Pourtant au même moment l'armée en commande et en stocke... Les images de villes vides filmées par Gaspard Glanz, un monde suspendu, une autorisation pour aller acheter un paquet de chips, des discours de ministres, porte-paroles et président infantilisants et binaires... Le décor est planté.

Heureusement je me lance dans mon jardin, la vie continue. La vie continue, oui. Mais comment? Car effectivement au début j'ai eu peur, j'ai été méfiant. Comment faire au quotidien avec mes enfants, mes parents, mes amis. ? Fallait-il vraiment ne plus se voir, se toucher , s'embrasser ? La peur de l'épidémie s'est désormais effacée, cette folie ne m'appartient pas. La vie est revenue plus forte, j'ai été danser, j'ai vu désobéir avec le sourire.

Je suis à nouveau aimé et cela m'aide à supporter les insanités liberticides actuelles.

Travaillant il y a qqs mois encore dans le médico-social en tant que moniteur d'atelier en ESAT, j'ai vu de près l'inhumanité, l'absurdité et la lourdeur des protocoles sanitaires. J'ai vu des collègues se transformer en chien de garde, aboyer avant même de me saluer "t'as pas mis de gel !!", séparer deux personnes accueillies (trisomiques) en couple : " la distanciation sociale !! "

J'ai vu les masques nous compliquer vraiment la tâche dans notre travail d'accompagnement, car ils entravent la communication de nombreuses personnes qui ont, du fait de leur handicap, de grosses difficultés d'élocution. Cela entrainait de la frustration pour elles et de l'insatisfaction de bien accueillir leurs requêtes pour nous.

J'ai vu un ancien collègue tendre son QR code avec le sentiment du devoir accompli ... Cinq minutes avant il tenait le discours suivant : " Pour soutenir les collègues non vacc’,  personne ne doit donner son QR code!"

La bienveillance, mot d'ordre de ce secteur, est-elle d'accepter et d'imposer sans réfléchir une expérimentation massive avec des produits sur lesquels nous n'avions pas de recul ? A mon sens non.

D'ailleurs le temps est passé et ces produits se révèlent assez inefficaces et assez dangereux par leurs effets secondaires. D'autre part, l'obligation vaccinale à laquelle était soumis ce poste a engendré une discrimination vaccinale qui est passée comme "une lettre à la poste" dans un milieu dont les valeurs fondamentales étaient le respect de la différence, la prise en charge des difficultés, l'adaptation des postes de travail, la bienveillance ... mot central du projet associatif ,un mot qui dans de nombreuses bouches sonne creux car il n'est pas incarné...Quel paradoxe!

Des valeurs évaporées en un instant, sans prise de conscience, tout cela bercé au son du discours mou de " ben on n'a pas le choix." Je crois que si. J'ai été suspendu.

Ayant plusieurs cordes à mon arc, c'est vrai qu'il a été plus facile pour moi de dire non, de quitter un endroit où les valeurs brillent surtout sur le papier glacé, et de conserver un revenu. Oser a été très important pour moi. J'ai vu ma mère terrorisée par la peur de la maladie et si triste car consciente de ne pas arriver à nous recevoir chaleureusement comme elle aime faire d'habitude. J’ai vu mon père confiné une semaine à cause d'un faux positif. Maman, ouf! tu vas mieux, Papa continue de t'en foutre, tu sais bien que les baltringues en cravate sont légions.

J'ai vu mes enfants avoir peur de leur tante et cousine pour une suspicion de cas contact : mes chéris vous avez dépassé tout ça, vous êtes courageux, n'ayez pas peur , virez le masque dès que possible et respirez!! (Je ne remercie pas l'Education Nationale pour son travail de formatage).

J'ai vu des amis de longue date me déclarer être d'accord avec le "passecrasse", ne pas mesurer la ségrégation délétère qui se met en place; d'autres me proposer de changer de pays "si je n'étais pas content".

J'ai vu un ami ne plus trouver de travail à cause d'employeurs zélés demandant un "passecrasse" pour une profession où celui-ci n'est pas obligatoire.

J'ai vu et cela m'a navré que la "sécurité" qui nous est "proposée" n'est qu'une prison, qu'elle installe un climat de surveillance et de servilité intolérable aux yeux de mes valeurs et surtout incompatible avec mon ADN, mon être.

Alors, le monde d'avant c'est un peu "demain on rase gratis!" Je leur laisse leur mirage, le goût de la liberté est plus puissant chez moi qu'une sensation de sécurité organisée par des robots. Alors désolé les gars, l'entourloupe du "on prend soin de vous", "c'est pour votre bien" ne prend pas ! Consentement libre et éclairé, quelle blague ! J'en rirais encore si cette hypocrisie n'était pas sournoise.

J'ai aussi vu des mains tendues, de la solidarité, des résistances, de la joie et de la Conscience. C'est cela qui m'anime, je ferai de mon mieux pour le faire vivre.

Merci d'avoir pris le temps de me lire, car cette expression était nécessaire, vitale.

Vivants, nos mots nous relient, ils témoignent de notre humanité.

 

Sylvain

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Autres témoignages

Défilement vers le haut
Aller au contenu principal