Témoignage

Circulation interdite entre La Réunion et la métropole pour les non-vaccinés

Il y a deux semaines je vous transmettais un témoignage concernant l'interdiction de circuler entre La Réunion et la métropole sans "motif impérieux" (https://reinfocovid.fr/temoignage/les-reunionnais-sequestres-sur-leur-ile-depuis-4-mois/).
Je souhaiterais vous faire part de l'évolution de la situation, qui va malheureusement encore plus loin dans l'injustice et l'irrationnel.

Le ministère de l'outre-mer a annoncé qu'à partir du 9 juin 2021, il ne serait plus nécessaire de justifier d'un "motif impérieux" pour circuler entre la Métropole et La Réunion. Une fausse bonne nouvelle car, en fait, dans un sens comme dans l'autre, les voyageurs devront se conformer à certain nombre de contraintes :
Un schéma vaccinal COVID-19 complet + délai de 15 à 30 jours après la dernière vaccination,
ET un test PCR négatif de moins de 72h avant le vol,
ET un isolement de 7 jours à l'arrivée comme au retour,
ET un engagement moral d'effectuer un nouveau test PCR à l'issue de la septaine.

Pour mémoire La Réunion n'est pas sujette à une épidémie de peste bubonique ou d'Ebola. Il s'agit bien du COVID-19. La situation épidémique n'y est pas pire qu'ailleurs (plutôt meilleure en fait). La seule justification à toutes ces mesures est parait-il le taux relativement élevé du variant dit "Sud-Africain" chez les contaminés. Un variant qui circule de toute façon déjà en Europe continentale et en métropole, comme tout un tas d'autres variants.

Le gouvernement franchit donc avec cette décision un pas supplémentaire dans l'inique et même l'illégalité la plus éhontée :
1. La vaccination COVID-19 n'est pas "obligatoire" en France, mais ceux qui refuseront de se faire vacciner se verront privés de droits fondamentaux tels que la libre circulation sur le territoire national. Il existe en français un terme qui qualifie précisément ce type de comportement de l'Etat : le chantage.
2. Les Réunionnais (mais aussi les habitants de Mayotte, soit dit en passant), ne bénéficient pas des mêmes droits que ceux de métropole qui, me semble-t-il, peuvent (pour l'instant...) prendre un TGV de Lille à Marseille sans test PCR, sans vaccin et sans septaine. Le Code pénal décrit clairement cela comme une discrimination sur des critères géographiques ou raciaux ou de santé, au choix.
3. La vaccination, annoncée comme panacée ultime et la promesse "de retrouver nos libertés", ne présente apparemment pas aux yeux du gouvernement une garantie suffisante pour se dispenser des tests PCR, des septaines, des masques etc. Dans ces conditions, on peut légitimement se poser la question : à quoi cela sert-il de se faire vacciner ?

Nicolas

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Autres témoignages

Défilement vers le haut Aller au contenu principal