Témoignage

Courrier école primaire.

Bonjour à tous je me permets de vous partager ce courrier que nous adressons à un maximum de personnes

Le 2 octobre 2021

Madame l'inspectrice,

Nous vous contactons en qualité d'un collectif de parents d'élèves des écoles primaires Françoise Dolto de Saint-Germain au mont d'or, école privée de Saint-Martin en haut et l'école Les grains de blé de Sathonay-Village.
Nous souhaitons partager avec vous nos préoccupations liées au port du masque à l'école primaire, comme l'ont déjà fait de nombreux collectifs en France, et saisir l'opportunité d'un recul de la pandémie de Covid-19 pour demander le retrait de cette mesure.
D'une part, le port du masque peut avoir des impacts importants d'un point de vue psychologique, social ou encore en termes d'apprentissage :
Le masque porté par les enseignants peut mettre certains élèves en difficulté lors de l'apprentissage de la lecture en CP, notamment ceux qui peinent à discriminer les sons du langage : discrimination auditive amoindrie, pas de reconnaissance labiale.
Au-delà de l'apprentissage, l'école est aussi un lieu de socialisation, laquelle passe par la communication autant verbale que non-verbale. Or, avec le port du masque, tout un pan de la communication est altéré, en lien avec la lecture des expressions du visage. La mise en confiance des enfants par les enseignants est également essentielle pour favoriser l'entrée dans les apprentissages. Or, ne pas voir le visage de son enseignant peut entraver ce processus.
L'impact psychologique de cette pandémie n'est plus à démontrer. L'augmentation des consultations en CMP, auprès des psychiatres et psychologues en libéral est une réalité depuis le début de celle-ci. Le port du masque vient, parmi d'autres facteurs, accentuer l'anxiété chez certains enfants. Les parents et les professionnels du soin le constatent.
D'autre part, dans les faits, il nous paraît clairement impossible pour un enfant de respecter les recommandations liées à l'usage du masque et pour les enseignants de les faire respecter.
Selon les recommandations scientifiques et gouvernementales pour être efficace, un masque chirurgical doit être changé toutes les 4 heures, ne pas être touché et si c'est le cas, il est nécessaire de se laver les mains avant et après. L'Unicef et l'Oms indiquent, par ailleurs, que pour être pertinent, le port du masque chez les enfants de 6 à 11 ans doit s'appuyer sur la capacité de l'enfant à utiliser correctement un masque en toute sécurité, et la
présence d'un adulte à même d'expliquer comment porter un masque et de surveiller si ce dernier est porté de manière adéquate.
Or, dans la pratique, les enfants manipulent continuellement leur masque. Certains peuvent être gênés par la buée sur leurs lunettes (certains parents relatent que leur enfant ne parvient plus à porter les siennes pour pouvoir garder le masque) et/ou par un besoin de respirer sans. Beaucoup dépassent largement la durée de 4 heures avant de le remplacer ou portent le même masque toute la journée. Il peut arriver aussi que des élèves
s'échangent leurs masques.
Par ailleurs, les mesures d'hygiène (lavage de mains fréquents et désinfections de locaux et matériel), de distanciation sociale appliquées dans les écoles (zones par classe dans la cour, groupes différenciés pour le passage à la cantine, diminution des croisements dans les couloirs) et d'isolement des « cas contact » jouent un rôle non négligeable dans le ralentissement de la propagation du virus. (Quelles preuves ?)
Enfin, la pandémie de Covid-19 connaît, depuis quelques mois, un recul constant et significatif qui appelle à un assouplissement de certaines règles sanitaires. Selon Covidtracker, au 2 Octobre 2021, le taux d'incidence du virus en France est de 53 cas pour 100 000 personnes et 61 cas dans le département du Rhône. Il est en constante diminution depuis le mois d'Août 2021 et atteint quasiment le seuil d'alerte des 50 cas pour 100000.
Selon les données du réseau Sentinelle, pour la semaine 38 de l'année 2021, le taux d'incidence des cas d'Infection respiratoire aiguë (IRA) dus au Covid-19 vus en consultation de médecine générale est, par ailleurs, inférieur à celui d'autres virus respiratoires (virus grippal rhinovirus, etc.). Compte tenu du fait que le temps maximal d'incubation du virus est de 14 jours, il est possible d'affirmer que la reprise de l'école n'a pas conduit à
un regain de la pandémie.
Pour ces différentes raisons, et sans attendre que le département du Rhône ait atteint le seuil des 50 cas pour 100 000 personnes, nous demandons à ce que les ordonnances médicales indiquant que l'enfant n'est pas en mesure de porter le masque à l'école soient prises en compte par les directeurs d'établissements scolaires.
Plus globalement, nous demandons la fin de l'obligation du port du masque à l'école dans les plus brefs délais.
Nous vous remercions par avance de l'importance que vous accorderez à cette demande, de sa prise en compte dans vos futures décisions et du relai que vous pourrez en faire auprès des institutions compétentes.

Salutations distinguées

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Autres témoignages

Défilement vers le haut
Aller au contenu principal