Témoignage de :

Décès de mon papa après la 4ème dose

28 août 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Bonjour,

Les dernières semaines viennent d'être surréalistes pour nous.

Mon père de 63 ans a fait sa 4ème dose Pfizer le 5 juillet. Le 29 juillet, alors qu'il était en parfaite santé avant sa vaccination, il se retrouve hospitalisé en réanimation pour des difficultés respiratoires importantes et nécessite énormément d'oxygène. Il fait une infection pulmonaire importante, il est intubé et placé sous coma artificiel 24 heures plus tard. Son foie et ses reins commencent à dysfonctionner également sans raison. Pendant les 2 semaines qui ont suivi tous ses organes ont cessé de fonctionner les uns après les autres : foie, reins, poumons, cœur. Tous les examens ont été pratiqués par l'équipe médicale, scanners, IRM, fibroscopie, recherches de bactéries, d'infections, de maladie auto immune, 3 tests PCR effectués, prises de sang. Tout est revenu négatif. Aucune raison médicale à la dégradation générale de son état, hormis sa 4ème dose effectuée 3 semaines plus tôt. Il a fini par s'éteindre le 15 août.

L'équipe médicale dit ne pas savoir ce qu'il s'est passé et n'explique pas son état ni son décès. Son médecin traitant et l'ensemble de la famille sommes persuadés que tout découle de sa 4ème dose. Il a commencé à être malade dans la semaine qui a suivi (nausées, vomissements, fièvre etc) et tout le reste a suivi.

Il aurait eu 64 ans le 20 aout et avait une bonne hygiène de vie et était en parfaite santé.

Aujourd'hui il est très difficile de faire notre deuil face à cette omerta présente en milieu hospitalier et médical en général, selon eux mon père est mort sans raison.

Selon moi le corps ne peut pas être détruit à ce point sans aucune raison médicale.
Il serait important pour les familles et leur deuil d'avouer qu'aujourd'hui le vaccin sauve peut être oui, mais qu'il tue également, et dans des conditions physiques atroces et si rapides.

Marion

Défilement vers le haut