Témoignage de :

Démission du Président de la République

26 janvier 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Bonjour,

Je vous fais part d'une lettre que j'ai rédigée récemment à destination du président de la république. Cette lettre a quelque peu traîné dans mes tiroirs et, étonnamment, sa rédaction est antérieure à la nouvelle déclaration scandaleuse de celui qu'on s'obstine à appeler le chef de l'Etat.

J'encourage celles et ceux qui se retrouvent dans le contenu à l'envoyer à l'Elysée. Au passage, l'envoi d'un courrier au président est gratuit. C'est gratuit parce que payé par nos impôts. Comme l'entièreté du dispositif de contrôle de passeport. Comme les spots culpabilisants. Comme toute leur com désastreuse et insultante.

Il nous reste cette possibilité d'expression, profitons-en tant que nous le pouvons.

Bien à vous.

-- Mr le Président,

Je ne suis pas vacciné, et, vous le savez, je ne suis pas le seul. Puisque vous semblez peiner à le comprendre, sachez que ceux qui sont dans mon cas actuellement ne changeront pas d'avis, car ils n'ont plus confiance en vous ni en votre gouvernement.

Vous avez échoué. A force de secrets, de mensonges, de peur et de mépris, vous nous avez démontré que vous étiez dépourvus de ces qualités pourtant indispensables à un homme d'état de votre rang : le discernement, le calme, et le courage.

L'une des expressions pour vous qualifier parmi mes concitoyens est : "le pauvre". Comme dans : "le pauvre, il n'a vraiment pas eu de chance avec ce covid". Si vous aviez su gérer cette situation, nous aurions salué vos positions, ou vous aurions trouvé une certaine élégance dans votre résolution, certes fataliste mais pour le moins réaliste, à vouloir limiter la casse. Mais il n'en est rien. A lieu de cela, on vous qualifie de pauvre homme malchanceux. Peut-être n'avez-vous pas eu de chance, peut-être avez-vous pris des décisions difficiles, peut-être avez-vous été mal conseillé, peut-être avez-vous fait des erreurs. Et peut-être devez-vous à la France plus qu'une succession de maladresses.

Toute une frange de la population vous a tourné le dos, depuis longtemps, et ne se retournera plus. De ce fait, et si vous souhaitez que notre pays continue son chemin hors de cette crise sanitaire et hors des divisions que vous avez suscitées, votre devoir est de présenter immédiatement votre démission de vos fonctions de Président de la République.

Si vous vous demandez quelle nouvelle mesure pourrait accélérer la vaccination en restaurant la confiance et l'unité, la voici.

Cordiales salutations,

Philippe.

Défilement vers le haut