Témoignage de :

Des politiques qui vont plus loin que les scientifiques et les professionnels ?

21 décembre 2021

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Je ne sais vraiment pas QUI écoute ce gouvernement mais pas les experts indépendants visiblement. Ou du moins pas tous.

Parce que le bénéfice risque est toujours à prendre en compte. Parce que ce sont nos enfants. Et non, je ne citerai pas "France soir" mais des sources. C'est plus emmerdant à clouer d'un "Houlala t'es complotiste, Il faut un peu faire confiance aux spécialistes hein". Tu veux des spécialistes ? Ok (au passage, BFM n’est pas plus spécialiste que France-Soir ou moi).

A l'inverse je sais lire. L'académie de médecine d'une part et la Position des sociétés savantes de Pédiatrie et de la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (le titre pour les fainéants : La vaccination contre le COVID des enfants âgés de moins de 12 ans n’est pas urgente en France à ce jour.)

https://www.academie-medecine.fr/faut-il-vacciner-les-enfants-contre-la-covid-19/ https://www.sfpediatrie.com/sites/www.sfpediatrie.com/files/medias/documents/cp_sfp_15nov2021.pdf

C'est clair non ? C'est non pour tous. A risque oui. Point. Un enfant est une machine de guerre coté immunité et contre-attaque du virus. Le jour où TOUS les spécialistes diront "ok validé" … pourquoi pas. Ce n'est clairement pas le cas. Pour plein de bonnes raisons. Mathématiques entre-autre.

Et concernant la vaccination pour tous, concernant le pass, aucune haute autorité de santé de l'avait conseillé sous 40 ans, n'ayant pas de preuve de résultat probants sur la partie épidémiologique. Je cite le conseil scientifique, source entre autres du GVT : Le Conseil scientifique considère que l’intérêt individuel et collectif (transmission de l’infection) du rappel est avéré pour les personnes âgées de 50 à 64 ans et suggère de l’intégrer dans le passe sanitaire selon les mêmes modalités que pour les personnes ≥ 65 ans, mais avec une temporalité adaptée.

Est avéré > le contraire > sous cet âge-là ce n'est pas avéré donc > le conseil scientifique considère que c'est -je cite- à envisager (ça ne peut pas faire de mal quoi). Traduction du GVT : on compile tout dans le passe hop.

Le passe, je le rappelle est un principe différencié d’accès à tout un tas de lieux ou activités strictement justifiable par des preuves de bénéfices sanitaires proportionnés à la privation de liberté que cela induit et à une urgence avérée (le nombre de morts, les hospits).

Hors le gouvernement va au-delà de cet avis :

https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/282501.pdf

Alors pourquoi le gouvernement (les gouvernements d'Europe même) qui au début suivaient l'OMS, ne le suit plus, puis va au-delà maintenant des avis des autorités de santé ? Respecter pourquoi pas. Mais aller au-delà je ne comprends pas comment ils peuvent prendre une telle responsabilité, La CNIL demande d'ailleurs des comptes au gouvernement.

Joël,

Consultant - Expert analyses statistiques dans le digital

Défilement vers le haut