Témoignage

Ehpad : flambée de cas positifs après vaccination

Monsieur le Ministre de la santé,

 

Je vous écris pour vous exprimer ma colère immense pour ce que vous faites subir aux personnes âgées résidant en Ehpad.

 

Ma mère, âgée de 86 ans, est atteinte de la maladie d'Alzheimer et est en Ehpad depuis octobre 2019. C'est déjà une situation douloureuse pour l'entourage.

Depuis bientôt 1 an maintenant, les visites sont soit suspendues, soit très encadrées et très limitées en temps : prise de RDV obligatoire, protocole sanitaire strict à respecter, puis 45 minutes de semi-liberté surveillée pour voir ma mère. C'est à dire, à bonne distance, avec un masque et interdiction de l'approcher, de l'embrasser, de lui remettre un présent ou quelque chose à manger...

Nous ne parlons même plus de sortir nos proches de l'établissement pour un déjeuner ou un moment en famille, c'est devenu insensé de penser à faire une chose pareille.

L'Ehpad où elle réside a procédé à la vaccination de 73 résidents (sur 100) le 21 janvier dernier. Je n'ai pas donné mon accord pour ma mère, elle n'en fait donc pas partie.

Une semaine plus tard, nous sommes informés qu'il y a 6 résidents positifs.

Deux semaines après la vaccination, c'est 15 résidents qui sont positifs + 5 salariés.

Alors que cet Ehpad n'avait pas eu de « 2ème vague », pas eu de cas positifs depuis avril/mai 2020, 15 jours après la 1ère dose de vaccination c'est à nouveau un confinement strict pour tout le monde. Les cas positifs sont regroupés dans une même unité, mais tous les autres résidents sont confinés en chambres également (pourquoi ?) Ils ne sortent plus de leur chambre, mangent dans leur chambre, n'ont plus d'activité de groupe, plus de motricité, plus d'échanges (ou si peu), bref, plus de vie.

Ma mère, qui est une personne habituellement joviale et avec un bon moral, ne prononce plus qu'une seule phrase lorsque je peux lui parler en visio : elle en a marre et veut s'en aller.

Sous prétexte de les protéger, vous êtes en train de tous les tuer à petit feu. Que leur reste-t-il à leur âge, mis à part les liens familiaux et sociaux ? Vous leur supprimez tous ces liens et vous endommagez sérieusement leur santé en les empêchant de marcher un minimum, de pouvoir prendre l'air, de pouvoir faire leurs activités de motricité et de stimulation cognitive. Cela diminue encore plus leur système immunitaire qui est déjà affaibli à cet âge. Et le pire, cela fait 1 an que les proches n'ont « pas le droit » de les embrasser, de les prendre dans les bras, de leur tenir la main (Croyez bien que je ne me suis pas passée de contacts physiques avec ma mère depuis 1an). Pensez-vous sincèrement qu'ils aient encore envie de vivre dans ces conditions ? Que pensez-vous qu'ils préfèrent entre continuer à vivre comme avant et prendre le risque éventuel de tomber malade et de partir peut être quelques mois plus tôt, ou bien survivre isolés dans une chambre en attendant que les longues heures des journées s'égrènent, telles des plantes vertes ?

Vous êtes en train de transformer leurs dernières années de vie en cauchemar éveillé, elles se sentent terriblement seules, sans affection, déprimées, inutiles, n'ont plus faim, deviennent de plus en plus faibles de par leur manque d'appétit et de motricité. Tout cela est bien pire que d'être positif à ce virus (encore faudrait il que les tests soient fiables, mais ceci est un autre débat).

Il est normal de les protéger car elles sont vulnérables, mais plutôt que de les enfermer dans une chambre, donnez leur des vitamines et des minéraux pour aider leur système immunitaire et laissez les continuer à évoluer normalement, laissez les continuer à avoir des rapports humains, laissez les continuer à vivre, à rire, à chanter, à marcher, à prendre l'air, à se retrouver pour regarder un film, faire des activités, à manger ensemble etc...

Arrêtez d'empêcher les familles de venir voir leurs proches, de pouvoir les embrasser et passer du temps auprès d'eux. Vous infantilisez tous les français, mais comment pensez-vous que nous agissions avant le Covid lorsque nous étions malades ? Eh bien nous faisions le nécessaire pour nous soigner, nous ne sortions pas de chez nous si notre état ne nous le permettait pas, nous évitions d'embrasser nos proches pour ne pas leur transmettre nos microbes et nous n'allions pas non plus embrasser nos aînés pour les préserver. Aujourd'hui, alors que nous sommes en bonne santé et sans aucun symptôme, nous sommes assignés à résidence et on nous interdit de voir nos aînés. Nous savons parfaitement ce que nous avons à faire envers nos aînés, nous n'avons pas besoin que vous nous dictiez notre conduite. Et les empêcher de vivre pour « leur éviter d'être malades » est parfaitement inhumain et stupide.

Vous êtes responsable de tous ces faits, toute cette tristesse pour les personnes âgées et leurs familles et mon plus grand vœu est que vous ayez à répondre de vos actes devant la justice un jour.

 

Nelly

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Autres témoignages

Défilement vers le haut Aller au contenu principal