Témoignage de :

En réaction au témoignage de Catherine: « Ne pas pouvoir voir sa maman à l’isolement »

10 juillet 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

 

Le témoignage de Catherine, comme beaucoup d’autres sur ce même sujet, montre une fois de plus la banalisation des comportements inhumains et criminels des nombreux professionnels de santé exerçant dans les hôpitaux et les EHPADs, dans le reniement permanent du serment d’Hippocrate.

« Juste de pouvoir l’embrasser une dernière fois et lui tenir la main et lui dire je t’aime »  a crié Catherine devant nous.

Catherine a été rejetée, sans aucune compassion. Cela se produit quotidiennement en France, en 2022, en toute légalité (approuvée par le Conseil Constitutionnel après le vote de la loi discriminatoire); en toute « normalité » d’une gouvernance à la chinoise;  avec l’approbation tacite (ou dans l’ignorance des faits ???) des citoyens de France tant qu’ils ne sont pas concernés directement.

Décédée  « d’un glissement », tel fut le verdict médical du bourreau en guise d’oraison funèbre. Payé pour ça, pour isoler  les personnes en méprisant les gens.

L’hôpital, on le voit, GLISSE dans l’inhumanité la plus abjecte, la plus condamnable. Il met à l’isolement en vertu d’un règlement qui va jusqu’à interdire à une mère et sa fille toutes deux testées positives à la Covid et donc ne craignant rien à se tenir par la main, à s’aimer une dernière fois.

L’hôpital synonyme de lieu de maltraitance sans limite, un enfer où l’on glisse facilement vers la mort faute d’humanité la plus élémentaire.

Que faire face à cela ?  - « avant qu’il ne soit trop tard »  comme le souligne Catherine

Il y a quelque temps j’ai eu une conversation (par emails) avec une des personnes qui reçoit nos témoignages pour lui faire remarquer ceci:

1 - La plate-forme reinfocovid est de fait dépositaire des très nombreux témoignages qui ont été publiés en son sein, mais sans atteindre d’autres que nous les révoltés, les désespérés, les décrétés « non citoyens » par le chef de l’État en personne …

2 - Il faudrait, selon moi, toucher beaucoup plus large:  En procédant à une large diffusion (avec accord des signataires) vers les boites mails des monstres: Chef de l’État et son gouvernement, Ordre des médecins, ARS, préfets, députés et sénateurs, etc. Nos témoignages sont tous des appels au retour de l’humain, des appels à porter à connaissance des maltraitants, bon gré mal gré.

Reinfocivid peut-elle donner plus de vie à nos témoignages ? Il me semble que la question se pose de plus en plus.

Certes, les réunions du CSI font avancer notre résistance et nos révoltes, mais tellement lentement. Avec quel impact au final ? Jamais l’un de ses membres n’est invité sur le plateau de C dans l’air.

Dans ma famille par exemple, au début, je parlais du CSI à mes filles et gendres, tous diplômés bac + 5 et plus et pro-vaccination, pour leur faire entendre un autre son de cloche et justifier mon refus d’être vacciné. Peine perdue : « Papa, nous sommes assez grands pour nous informer par nous-mêmes. »

Message reçu 5/5. Je me suis donc rabattu sur les témoignages pour en relayer quelques uns vers leurs boites mails et ainsi qu’ils et elles n’ignorent pas la souffrance induite par les règlements absurdes et criminels.

Mais avec grande retenue (je dérangeais) pour ne pas créer des bisbilles dans la famille et donc en finissant vite par abdiquer, en restant dans mon coin. À présent j’en suis à comptabiliser le nombre des cas Covid au sein de la famille vaccinée, mais sans faire de commentaire car ils sont « assez grands » pour réfléchir.

Les monstres profitent de la majorité qui ferme les yeux, là est toute l’horreur de la situation.

Le 7 juillet 2022,  Jean-René Pélisson, signataire, entre autres, de 3 chroniques à propos des enfants

Défilement vers le haut