Témoignage de :

Être injecté à son insu et contre son gré !

28 octobre 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Bonjour,
Après 22 années de services au sein des Forces Armées Canadiennes et donc à 3 ans de sa pension militaire, mon époux a perdu son emploi (l'unique revenu familial) car il refusait l'obligation de l'injection ordonnée par Trudeau et le Général Eyre. Soudée dans cette crise, notre famille composée de 4 enfants, a dû faire face à une année bouleversante et stressante lors de laquelle nous avons dû retomber sur nos pattes pour faire face à ce revirement de situation. Rejetés par l'armée, pointés du doigt, jugés par les proches, nous nous sentions bien seuls. Qu'importe, il n'y avait aucun doute que cette décision était pour nous la seule possible. Jamais nous ne troquerions notre santé, notre corps pour un salaire, une carrière ou une pension. Nos enfants furent le moteur d'amour qui nous a donné la force de nous tenir debout afin de leur montrer par l'exemple que jamais dans leur vie ils ne devront accepter l'inacceptable pour de l'argent, une carrière ou n'importe quoi d'autre d'ailleurs. Leur corps est leur corps et ils en sont les seuls maîtres à bord !
Je souhaite rebondir sur cette dernière phrase pour témoigner également de ma plus récente colère : ma grand-mère de 97 ans réside à Paris. À l'hiver 2021 elle a fait un AVC sans aucun rapport
avec l'injection puisqu'elle la refusait mordicus. Ma grand-mère qui a fait de la résistance dès le début de la 2ème Guerre Mondiale a un caractère bien trempé et je tiens à préciser que malgré son grand âge elle a toute sa tête. Vers la fin de son hospitalisation pour son AVC, elle a commencé à tousser. Comme à chaque hiver cette grand-mère, fragile des poumons, tousse et tousse et tousse et pourtant finit toujours par s'en sortir. Vous pouvez imaginer les réactions du personnel hospitalier paniqué de la voir cracher ses poumons qui s'est empressé de lui insérer un test PCR dans les sinus ! Vite vite vite, ma grand-mère devenait un grave danger pour l'humanité. Il s'est avéré que le test serait sorti positif... évidemment !(sic). Aucune des personnes avec lesquelles elle avait passé la journée la veille du test n'a été contaminée par la Covid soit dit en passant. Branle-bas de combat, ils ont enfermé ma grand-mère durant deux semaines, lui interdisant tout contact, excepté celui de l'infirmière et de la personne qui lui crachait son plateau-repas du bout des doigts. Deux semaines plus tard, elle a pu recouvrer sa liberté. Je tiens à préciser que ma grand-mère a une santé fragile à cause de son âge avancé. Elle fait évidemment, intégralement partie des personnes à grand risque de mourir de la Covid. Et bien elle serait passée au travers de ce virus qu'elle avait ''soit-disant'' contracté ! Surprenante cette grand-mère n'est-ce pas ?

 

Et voilà que j'apprends seulement cette semaine soit plus d'un an plus tard que ma grand-mère a été injectée à son insu et contre son gré. Elle ne le savait même pas elle-même. Elle l'a appris cet été lors d'une seconde hospitalisation qu'elle avait reçu son injection (peut-être même ses injections, malheureusement je n'ai pas plus d'info là-dessus) lors de son isolement à l'hiver 2021. C'est inscrit dans son dossier médical. Aucun membre du personnel médical ni de ma famille en France n'a semblé scandalisé par l'événement et on a laissé ma grand-mère dans l'ignorance de ce qu'on avait imposé à son corps ! Scandaleux et honteux !

Enfin ma grand-mère a passé l'été 2022 à l'hôpital parce qu'elle se sentait mal en général. Elle a eu une batterie d'examens qui ont confirmé que son coeur est dans un état pitoyable. Elle a désormais besoin d'une injection (composée de quoi ????) quotidienne pour éviter la crise cardiaque ! (sic)

Je suis outrée, en colère mais aussi triste. Je trouve cet événement infame et ignoble. C'est un exemple de plus qui illustre la déshumanisation d'un système hospitalier corrompu et gangréné. J'ai
encore du mal à me remettre de mes émotions après une telle imposture. Si je résidais en France, je poursuivrais l'hôpital !

Alors pour faire face à ce panel d'émotions, je continue de croire en la puissance de la nature qui m'entoure ici au Canada et je mise sur la force de la communauté d'éveillés bien discrète que nous avons découverte il y a peu. Au final, nous ne sommes pas seuls !

Dorothée

Défilement vers le haut