Témoignage de :

Heureusement il y a eu une médecin qui a osé soigner

14 mai 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Bonjour,

J'ai 65 ans, en janvier dernier j'ai été infecté par le virus du Covid.

Au départ, je pensais avoir contracté une petite grippe mais au bout de 3 jours, mon
état de santé m'a poussé à prendre un rendez-vous avec une médecin. Après
examen, celle-ci m'a confirmé que mes poumons étaient très pris. Dans un premier
temps, elle a envisagé de me donner un traitement à base de corticoïdes mais après avoir
demandé conseils auprès de ses collègues et ceux d'un hôpital, elle m'a laissé
repartir avec une simple ordonnance d'aspirine et heureusement d'une prescription
pour effectuer une radio de mes poumons.

Après deux jours d'insomnie due à une toux quasi permanente et une fièvre
récurrente malgré la prise du traitement proposé, je suis allé à l'hôpital effectuer
une radio de mes poumons.
Qu'elle ne fut pas surprise lorsque après avoir dit que je n'étais pas vacciné, on m'a
alors demandé de me déshabiller dans un garage attenant !
Après confirmation que mes poumons étaient très infectés, j'ai demandé de l'aide
au médecin de garde qui m'a renvoyé sur les urgences de Lons le Saunier distant
d'environ 70km...
J'y suis allé par mes propres moyens.
J'ai été pris en charge à 18h00, après une prise de sang et un scanner des
poumons, à 1h00 du matin, on m'a demandé de rentrer chez moi.
Je n'ai reçu aucun soin bien que j'étais épuisé et que mon taux de saturation d'O2
était au alentours de 90%.
Deux autres personnes ont subi le même sort.
Mon amie a dû braver les routes enneigées et verglacées pour venir me chercher
car aucune aide ne m'a été proposée.
Voyant que l'on me donnait la même prescription : laver vous le nez régulièrement
et prenez de l'aspirine...
J'ai demandé à voir un médecin pour lui exprimer mon désarroi face à mon état et
aux conséquences sans une vrai prise en charge médicale.
J'ai alors demandé pourquoi je devais repartir en plein milieu de la nuit et surtout
sans véritable traitement puisque tous les résultats corrobo raient le fait que j'étais
gravement infecté et que je me sentais très mal.
Les seules réponses que la jeune interne m'a faites, ont été de rajouter des
décontractants pour que je ne stresse pas et de me dire que si cela persistait, il
faudrait revenir aux urgences car il n'y avait pas de traitement approprié pour
combattre le virus !!!...

Je suis donc rentré chez moi par la force des choses.
Mon état s'étant encore aggravé, j'ai eu la chance de me faire conseiller de
contacter une médecin qui en voyant les résultats des différents examens qui
avaient été faits à l'hôpital m'a aussitôt prescrit des antibiotiques, des corticoides,
de l'ivermectine ainsi que d'autres médicaments.

Cette médecin m'a suivi et a dû adapter le traitement durant près d'un mois.
Grâce à elle j'ai pu remonter la pente. J'ai frôlé la catastrophe et j'ai eu beaucoup
de chance de pouvoir bénéficier de ses compétences et surtout de son envie de ne
pas baisser les bras face à ce que deux autres médecins avaient considéré comme
une fatalité et donc une incapacité à me soigner correctement.

Défilement vers le haut