Témoignage de :

Infirmière en reconversion

27 octobre 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

En août 2021, enceinte de 4 mois. Je m'arrête, car je travaille dans un service très « speed » avec 1h de route par jour ; je n'en pouvais plus… Quelques semaines plus tard, l'obligation vaccinale pointe le bout de son nez, étant arrêtée je pensais qu'ils me laisseraient tranquille, mais non, des courriers, appels, convocation... Je ne craque pas !

Il est hors de question que je me fasse vacciner, et enceinte c'est encore plus sûr ! Le temps passe, on me laisse tranquille je ne sais par quel miracle, puis vient la fin de mon congés maternité... Je décide de prendre un congé parental, en espérant au fond que leur décision change et que je pourrai reprendre ce travail que j'aime tant. Mais non toujours rien.

Alors me voilà, après 8 ans de diplôme et 7 ans de pratique, j’ai posé une dispo (j'ai de la chance de ne pas avoir été suspendue et j’ai une grosse pensée pour mes collègues qui ont du faire preuve de courage face à ce gros coup dur !

Je recherche du boulot dans la branche qui m'a fait connaître le monde du travail. Mais voilà, depuis quelques jours c'est plus dur encore, j'aime mon métier, il me manque, le contact avec les patients, les collègues, la technique, les rushs et la satisfaction d'une garde cadrée... Tout ça me manque et j'en souffre...

Me retrouver à faire un métier qui n'est pas celui que j'aime, ça me fend le cœur... Je suis sûre de ma décision et je l'assume, j'ai décidé de ne pas mentir, de ne pas faire de faux parce que je suis trop honnête pour ça, mais mon honnêteté est aussi celle qui me fait sortir les larmes en écrivant ces lignes.

J'aime mon métier plus que les autres, de tout mon cœur. J'étais faite pour ça. Je suis faite pour ça mais je ne peux plus le faire. Et je suis malheureuse pour ça. Heureusement il y a mon homme et mon merveilleux bébé qui me permettent de tenir mais j'espère vraiment un jour pouvoir refaire ce métier que j'aime...

Courage à tous chers collègues Et soyez fiers de vous et de votre courage, moi je le suis.

Défilement vers le haut