Témoignage

…iste ou …logue ou …cien ou citoyen de tous les jours ?

Bonjour.

Une petite contribution d'un citoyen, ni infectioliste, ni statisticiologue, ni virolien, ni épidémiologien, ni politiciste, mais un malade potentiel (du covid ou autre). Une idée qui m'était venue dès le départ, que je peux enfin exprimer et que je n'ai encore jamais vue nulle part. C'est à moi à savoir entrer en relation avec mon médecin, à moi à lui faire confiance, à moi à savoir qu'il ne peut pas y avoir de solution absolue. C'est une situation de relation et non pas quelque chose codifié par des gens qui, parce qu'ils sont censés nous représenter, se pensent "au-dessus". Alors qu'est-ce qu'ils ont tous ces istes, ogues et iens à venir comploter avec la machinerie télévisuelle pas du tout indépendante afin d'obtenir un pourcentage suffisant de personnes prêtes à digérer les décisions des gouvernants ?

Gramsci : " je hais les indifférents qui font la masse d'inertie" (cette masse est travaillée par toutes ces interventions télévisuelles et autres. Différentes techniques combinées, le choc, l'anxiété, l'affirmation péremptoire a-scientifique qui laisse à penser que c'est bien réfléchi...). Qu'ils s'expriment et qu'ils donnent leur point de vue, même avec leur artillerie télévisuelle, mais qu'ils n'essaient pas de m'interdire d'être soigné comme je l'entends. Ils ont créé une rupture de confiance et désormais également sur le fondamental des fondamentaux : la liberté, y compris celle de se soigner selon son intuition (normalement une telle attitude ne devrait avoir rien de révolutionnaire).

Mardi, étant aux urgences suite à une bien mauvaise chute, j'ai pu pendant plus de trois heures (mais par intermittence) être baigné dans l'ambiance de BFMTV. J'ai eu un flash (chacun ses sources, d'autres préfèrent Spinoza, Kant etc...)!!! Il y avait une scène dans laquelle une personne était torse nue, assise sur une chaise et se faisait vacciner...et filmer. La gestuelle était très docile (ce qui est normal dans cette situation mais c'est pour cette idée que la séquence a été tournée). Eurêka. La vaccination, pour les gens du système, est la seule solution car dans cette image j'ai compris que le sujet était totalement passif. On ne lui demande qu'une acceptation (suite à un conditionnement, pas une information). Et tout revient :

"les masques ne servent à rien car de toute manière les gens ne sauraient pas les utiliser".

"Il n'y a pas de traitement alternatif" (réponse méprisante du premier ministre à l'Assemblée Nationale à une députée ex-LREM) c'est-à-dire qu'ils n'arrivent pas à imaginer:

  1. a) que les personnes puissent suivre des conseils d'hygiène de vie (l'hygiène de vie, c'est déjà un traitement alternatif "toutes maladies", puisque soit on évite la maladie, soit on la vit mieux, et l'hygiène de vie, ce n'est pas une contrainte, c'est une conscience qui mène à un plaisir),
  2. b) ni qu'elles puissent prendre de meilleures dispositions pendant des crises,
  3. c) ni qu'elles puissent avoir le droit de choisir selon les idées en vigueur,
  4. d) ni qu'elles puissent être responsables,

Bref des citoyens auxquels ils veulent interdire toute initiative. Mais peut-être qu'ils se sont dit : "en laissant la liberté et donc les choix des traitements, il y a un risque de la preuve évidente".

"le débat scientifique est clos" (= je décide et j'ai des certitudes bornées). Un débat n'est jamais vraiment clos, à un moment donné on estime avoir épuisé le sujet et on passe à autre chose, c'est tout. Mais le sujet peut revenir d'une autre façon plus tard, par une nouvelle approche. Ça se passe bien souvent ainsi en sciences. Prétendre avoir des réponses définitives... ça s'est vu plusieurs fois dans l'histoire et ça n'a pas laissé des bons souvenirs.

Je rends cet amas de gouvernance (télé+potentiels-réélus+pognon-à-tous-les-étages) responsable des deux ou trois cas fortement médiatisés d'intoxication à la vitamine D. Ces personnes ont été anxiogénisées à outrance, il n'y a jamais eu d'information officielle responsable sur d'éventuelles carences et comment les gérer, ce qui a entraîné le fait que quelques personnes ont avalé d'un coup un ou plusieurs pots de compléments en vitamine D (et ces personnes, pour avoir ce genre de comportement, avaient déjà accepté d'abandonner leurs responsabilités, mais lorsqu'elles ont vu que le système les abandonnait...).

Alors que faire ? Quelques phrases que j'aime bien. Lors de la première guerre du Golfe, à Montpellier, et en rentrant du travail à pied, il y avait collé par-ci par-là, différents poèmes sur papier blanc et qui avaient tous le même thème : "Restons humains". J'avoue que j'aime très rarement la poésie, mais là, ça m'a vraiment plu et bien marqué. J'arrive chez moi, avec toujours ces poèmes en tête et finalement je me décide à sortir avec un papier et un crayon pour aller les recopier. Ils avaient déjà été tous arrachés et ils n'étaient pas là le matin. Alors que tout un tas d'affiches vraiment vieilles restent parfois plusieurs années. J'estime que ce sont les Renseignements Généraux qui sont passés.

Alexandre Soljenitsyne: " La violence pour se perpétuer n'a besoin de nous que de notre participation au mensonge quotidien".

Martin Luther King : " Cette génération n'aura pas seulement à répondre des actions négatives de certaines personnes mais aussi du silence désespérant des gens de bien".

Alexandre Grothendieck : " Je suis l'expert de ma propre vie".

Cette dernière phrase, je vais la réécrire ci-dessous et je propose que nous la lisions à haute voix, ce que je fais.

"Je suis l'expert de ma propre vie".

Merci bien à Réinfo-beaucoup-de-choses. C'est une super-dynamique et ça va être un chemin passionnant.

 

LouisB

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Autres témoignages

Défilement vers le haut
Aller au contenu principal