Témoignage

La Covidabsurdie

Un mal étrange est apparu en France et dans le monde : la covidabsurdie.

Il envahit petit à petit tous les esprits, effaçant le bon sens et la raison. En France, il ne reste plus que quelques gaulois irréductibles pour résister à ce mal.

 

--Mais dites nous, quels sont donc les symptômes de ce mal ?

 

Le premier symptôme est la phobie des virus et bactéries. En décembre 2019 est apparu un nouveau coronavirus, une famille de virus qui est bien connue. C'est là que tout a commencé, c'est là que la covidabsurdie a commencé à se répandre dans le monde. En France, le Président de la République, victime lui aussi de la covidabsurdie a pris la parole pour nous annoncer que nous étions en guerre.

 

--En guerre !!! Mais contre qui ? Contre le virus, pardi.

--Mais comment fait -on la guerre à un virus ?

Le Président, suivant son conseil scientifique, a ordonné à tous les habitants de s'enfermer chez eux, de mettre des masques et de s'éloigner les uns des autres ! L'état d'urgence a aussi été déclaré. Le couvre-feu a ensuite remplacé le confinement.

--Ces mesures sont-elles efficaces ? Pas vraiment . 16 mois après, nous sommes toujours dans le pétrin.

--Comment peut-on expliquer cela ? On peut dire que la covidabsurdie entraîne un certaine forme d'amnésie assez particulière.

 

Quand on est atteint de covidabsurdie, on oublie que l'homme a toujours vécu avec les bactéries et les virus. Ils sont partout, dans l'eau, dans l'air, dans le sol, dans et sur le corps des hommes. Les hommes hébergent dans leur corps, en permanence, des virus et des bactéries, pour certains pouvant devenir pathogènes, et pourtant nous ne sommes pas malades en permanence.

Quand on est atteint de Covidabsurdie, on oublie que l'homme dispose d'un système immunitaire qui, avec le cerveau, veille à ce que dans l'organisme humain, les cellules humaines, les bactéries, les virus et les champignons vivent en bonne harmonie pour le bien être de l'organisme humain. Quand on est atteint de Covidabsurdie, on oublie que ce sont les virus et les bactéries qui sont à l'origine de toute la biodiversité. La cellule humaine est au départ l'association d'au moins deux micro-organismes ; une archée et une bactérie. La bactérie a donné la mitochondrie qui est la centrale énergétique de la cellule. On oublie que sans les bactéries et les virus il n'y a pas de vie possible.

Quand on est atteint de Covidabsurdie, on oublie que la phobie du microbe nous a conduit à polluer outrancièrement notre environnement et nos propres corps. La phobie des microbes a pour conséquence d'égarer toute la médecine moderne, de dévier la pratique de l'hygiène, d'appauvrir nos défenses immunitaires individuelles et de souiller continuellement le terrain biologique humain.

 

Nous pratiquons une fausse hygiène, une hygiène chimique qui, loin de préserver notre santé, la fragilise et la corrompt tout en agressant notre environnement. La Covid19 pourrait bien être la première de nombreuses épidémies auxquelles de plus en plus d'entre nous seront vulnérables si nous ne changeons pas notre mode de vie. Quand on est atteint de Covidabsurdie, on oublie ce qu'a dit Claude Bernard ; « Le microbe n'est rien, c'est le terrain qui est tout ». Le terrain c'est notre corps.

Quand on est atteint de Covidabsurdie, on oublie qu'un corps en bonne santé n'a rien à craindre des virus et des bactéries. Seules les personnes vulnérables avec un système immunitaire déficient seront malades, c'est pourquoi toutes les tentatives de contamination directe de personnes en bonne santé ont échoué.

 

Vous avez des exemples ? En voici un, extrait du livre VIRUSMANIA de Torsten Engelbrecht journaliste, Claus Kôhnlein médecin, Samantha Bailey médecin-chercheur, Stefano Scoglio médecin et chercheur :

« Afin de pouvoir mieux évaluer cette curieuse maladie de masse, la grippe espagnole, une tentative de simulation de l'infection a été entreprise avec des volontaires à Boston en novembre 1918. Il s'agissait de 62 marins en bonne santé envoyés en prison pour des faits de délinquance. On leur avait promis une grâce à condition qu'ils participassent à une expérience. 39 d'entre eux n'avaient pas eu la grippe, la théorie était donc qu'ils seraient particulièrement sensibles à l'infection et à la maladie. Mais les résultats ne prouvèrent rien de tel , comme le raconte la journaliste scientifique américaine Gina Kolata dans son livre « Influenza » : « Les médecins de la marine ont recueilli le mucus d'hommes désespérément malades de la grippe, en prélevant d'épaisses sécrétions visqueuses de leur nez et de leur gorge. Ils pulvérisaient le mucus des patients grippés dans le nez et la gorge de certains hommes et le faisaient tomber dans les yeux d'autres. Lors d'une tentative, ils ont prélevé du mucus à l'arrière du nez d'un homme grippé, puis ont directement prélevé le mucus dans la cloison nasale d'un patient et l'ont frotté directement sur la cloison nasale d'un des volontaires. »

« Tentant de simuler ce qui se passe naturellement lorsque des personnes sont exposées à des victimes de la grippe, les médecins ont emmené 10 des volontaires dans le service hospitalier où des hommes mourraient de la maladie. Les hommes malades étaient blottis dans leurs lits étroits, brûlants de fièvre, passant du sommeil à la conscience dans un état de délire. Les dix hommes en bonne santé reçurent les consignes suivantes : chacun devait s'approcher du lit d'un malade, se pencher au-dessus de son visage, respirer son haleine fétide et discuter avec lui pendant 5 minutes. Pour s'assurer que l'homme en bonne santé avait été pleinement exposé à la maladie du patient, ce dernier devait expirer profondément pendant que l'homme bien portant inspirait le souffle du malade directement dans ses propres poumons. Enfin le grippé devait tousser 5 fois au visage du volontaire. ».

«Chaque volontaire en bonne santé a répété ces actions avec dix patients grippés différents. Chaque patient était gravement malade depuis moins de trois jours, une période pendant laquelle le virus ou l'agent responsable de la grippe devait encore être présent dans son mucus, son nez et ses poumons. »

« Mais pas un seul homme en bonne santé ne tomba malade. » « Les scientifiques étaient stupéfaits. Si ces volontaires en bonne santé n'avaient pas été infectés par la grippe malgré les efforts des médecins pour les rendre malades, alors quelle était la cause de cette maladie ? Comment, exactement, les gens avaient-ils attrapé la grippe ? »

 

Tout a vraiment été essayé pour contaminer ces jeunes hommes, mais rien à faire, ils ne sont pas tombés malades. Une personne en bonne santé peut être contaminée, mais le virus sera aussitôt neutralisé et détruit et la personne ne sera pas malade.

Quand on est atteint de Covidabsurdie, on oublie qu'il y a de plus en plus de personnes âgées, de plus en plus de diabétiques, de plus en plus de cancers, de plus en plus d'obésité, de plus en plus de malbouffe, de plus en plus de stress chronique, ce qui fait de plus en plus de personnes vulnérables aux maladies infectieuses, donc de plus en plus de malades, donc de plus en plus de décès. Récemment à la télévision, un journaliste donnait l'exemple d'une personne d'une quarantaine d'années qui était très malade, pour bien montrer que ce ne sont pas seulement les personnes âgées qui sont touchées. En fait cette personne est restaurateur et, comme tous ses collègues, il a été soumis à un stress permanent et intense pendant 16 mois. De nombreuses études ont montré que le stress chronique entraînait des dysfonctionnements physiologiques, notamment du système immunitaire. Plus le stress dure longtemps, plus les dysfonctionnements s'accumulent. 16 mois de stress c'est long. Voilà pourquoi ce restaurateur, sans comorbidités apparentes, a basculé dans le camp des personnes vulnérables et a fini par être malade.

 

 

Quand on est atteint de Covidabsurdie, on oublie que les maladies respiratoires comme la grippe, les pneumonies d'origine bactérienne ou virale, la covid19 sont des maladies saisonnières qui sévissent en automne, hiver et printemps. Le froid fragilise les muqueuses respiratoires et facilite les maladies infectieuses surtout chez des personnes déjà fragilisées par des comorbidités. De plus, cette période de l'année est propice à la déprime.

 

--Vous avez des preuves ?

 

Il suffit de regarder les chiffres de la mortalité globale en France pour la période de mai à septembre publiés par l'INSEE :

 

Année Mai Juin Juillet Août Septembre Total Plus

2016 48042 44483 46812 45804 44833 229974

2017 48389 44393 46349 46640 46144 231915 +1941

2018 47841 45027 48331 47176 45803 234178 +2263

2019 49100 46468 48128 47056 46181 236933 +2755

2020 49200 46300 47200 49300 49400 241400 +4467

2021 52500 45600

 

La mortalité est restée sensiblement identique aux années précédentes. Cette période de l'année est la plus ensoleillée ce qui nous permet de refaire notre stock de Vitamine D qui est essentielle pour nos défenses immunitaires. A cette période de l'année, tout le monde pense aux vacances, on est plus détendus, on s'attarde dehors, aux terrasses des cafés : on se fait du bien et ainsi on fait du bien à nos défenses immunitaires. Tout cela fait qu'il y a beaucoup moins de maladies infectieuses en été et la covid19 en est une. Rappelons qu'en 2020, il n'y avait pas de vaccins. On note une élévation en août et septembre 2020, période où les alarmistes ont recommencé leur harcèlement sur la population. Pour l'année 2021, c'est la même chose. Le mois de mai ayant été très froid, il y a une augmentation. Le mois de juin revient à la normale, je pense qu'il en sera de même en juillet. Par contre pour le mois d’août, je crains une augmentation de la mortalité, les alarmistes ayant annoncé une quatrième vague . Je ne pense pas qu'il y aura de quatrième vague, mais juste une augmentation chez les personnes plus jeunes due au stress chronique que subit la population depuis 16 mois.

 

Malheureusement, pour la période hivernale à venir, il faut s'inquiéter, pas à cause du virus, mais à cause de l'état de santé général de la population, Les gens sont fatigués, sont stressés, ont peur, 30% sont en état dépressif et cela est le résultat de 16 mois de maltraitance subie à travers les différentes mesures prises pour stopper l'épidémie. Une médecine qui en arrive à utiliser la maltraitance pour empêcher une épidémie de s'étendre, n'est pas une bonne médecine.

Quand on est atteint de Covidabsurdie, on oublie que les maladies infectieuses ne surviennent pas par hasard. Le virus ou la bactérie profite de la faiblesse d'un organisme pour l'envahir et provoquer des dégâts.

Quand on est atteint de covidabsurdie, on oublie que respirer un air pollué, boire de l'eau polluée, être sédentaire, manger n'importe quoi, subir un stress permanent nous affaiblit et nous rend vulnérables aux infections.

Quand on est atteint de Covidabsurdie, on oublie que l'être humain accumule les actions néfastes à sa santé, puis il s'étonne qu'il y ait de plus en plus de malades. Étrange non ?

Quand on est atteint de covidabsurdie, on oublie que la peur, l'angoisse, le stress, la dépression ne sont pas que des émotions qui restent au niveau de l'esprit. Il y a un impact sur le corps physique qui se manifeste par des dysfonctionnements physiologiques qui finissent par nous affaiblir et nous rendre vulnérables aux infections.

 

 

 

--Revenons aux moyens utilisés pour faire la guerre au virus. Pour vous ils ne sont pas efficaces. Pouvez-vous nous en dire plus ? Pour limiter l'épidémie, on a eu recours au confinement. Du jour au lendemain, on décide d'enfermer tout le monde. On prend donc le risque d'enfermer des personnes contaminées avec des non-contaminées et favoriser ainsi la contamination. On oublie que des études, antérieures à la crise, ont montré que le confinement génère de la peur, du stress, de la colère, de la frustration et de la violence, c'est à dire un ensemble d'émotions défavorables à la santé. Le confinement a été catastrophique pour les personnes âgées, d'où la forte mortalité dans les maisons de retraite. Si l'on ajoute conséquences économiques et sociales, le bilan du confinement est catastrophique. C'est l'aggravation de l'épidémie qu'il a entrainée, pas sa diminution. Il y aura aussi des conséquences sanitaires pour les autres malades dont le suivi thérapeutique a été interrompu. On a empêché les médecins généralistes de traiter précocement comme ils ont l'habitude de le faire.

Étrange, non ? On a rendu le port du masque obligatoire. Une étude scientifique a été réalisée et publiée en 1981 dans la revue « Annals of the Royal Collège of Surgeons of England ». Il s'agissait de vérifier l'utilité du masque chirurgical en bloc opératoire. Cette étude a été menée dans une unité hospitalière de 40 lits autour d'un bloc opératoire dernier cri dans lequel on pratiquait diverses interventions chirurgicales, sous la supervision d'un microbiologiste et d'une équipe de contrôle des infections. Le protocole était le suivant ; ni les infirmières, ni les chirurgiens ne porteraient de masque chirurgical pendant un mois. Aucune restriction, comme rester immobile, ne pas parler, rester chez soi quand on est enrhumé, n'était imposée.

Les autres conditions d'opérations étaient strictement les mêmes qu'avant. Les critères d'évaluation des infections ne changeaient pas. Des prélèvements dans le nez et la gorge du personnel étaient régulièrement réalisés. Bien sûr, en cas d'augmentation du nombre de plaies infectées, l'expérience s’arrêterait. Comme il n'y eut pas d'augmentation du nombre de plaies infectées, l'essai dura 6 mois. Ensuite ils ont comparé le taux d'infection de plaies à celui de la même période des quatre années précédentes. Le résultat est totalement contraire à ce qu'on attendait : il y eut une diminution significative du nombre de plaies infectées. De plus, les huit infections constatées étaient sans rapport avec les germes prélevés sur les soignants.

Ces résultats interrogent sur l'utilité des masques.

 

Dans les médias qui sont chargés de nous informer, la plupart des journalistes sont atteints eux aussi de covidabsurdie. L'information est souvent orientée vers le catastrophisme. Les médias ont ainsi favorisé la propagation de la peur dans tous les esprits générant un stress chronique totalement néfaste pour les défenses immunitaires, facilitant ainsi la propagation de l'épidémie. Sur les plateaux TV, seuls les scientifiques « alarmistes » ont la parole. La surenchère, toujours la surenchère. Certes le catastrophisme fait de l'audience mais quand il génère la peur il fait aussi des morts. Pas un seul des médias ne s'est posé la question de savoir si l'hystérie médiatico-politico-scientifique était justifiée. Le Président ne s'informe qu'auprès de scientifiques « alarmistes » et pour certains avec de sérieux problèmes de conflits d’intérêts. Pourquoi ne pas avoir inclus des scientifiques « rassuristes » dans ce conseil scientifique ? Avant de prendre une décision, il est bon de prendre tous les avis. --Tout cela est regrettable mais maintenant il y a les vaccins.

 

Quand on est atteint de Covidabsurdie, la vaccination ça ne se discute pas, c'est la seule façon de tous nous sauver. Pourtant, il y a des faits qui doivent être discutés. Depuis le début de l'épidémie, il y a eu, en France, 5 871 881 cas de covid19 et il y a eu 111 492 décès ( chiffres du site worldometer le 20/07/21). Le nombre de cas en France représente 9% des 65,5 millions de français. On peut dire que notre système immunitaire naturel a protégé 91% d'entre nous. Les vaccins apportent entre 70 et 90% de protection. Est-il légitime de penser que notre immunité naturelle est au moins aussi, voire plus efficace que l'immunité artificielle des vaccins ?

 

 

 

Allons plus loin : l'immunité attribuée aux vaccins ne serait-elle pas tout simplement notre immunité naturelle ? La question mérite d'être posée. Pour tester les médicaments, on a établi les essais randomisés contrôlés en double aveugle et placebo. C'est la seule façon solide d'évaluer scientifiquement l'efficacité d'un médicament. Pour les vaccins, ce type d'essai n'est jamais réalisé.

 

Michel de Lorgeril, cardiologue, épidémiologiste et chercheur au CNRS, dans son dernier livre « Les vaccins à l'ère de la covid-19 », cite un essai en double aveugle et placebo, effectué en Afrique du Sud. Le placebo est une injection de sérum physiologique. Il y a plus de 2000 participants. Cet essai concerne le vaccin ASTRA ZENECA . Le résultat de l'essai est qu'il n'y a pas de différence entre le groupe témoin et le groupe vacciné. Ceci montre l'inutilité du vaccin ; dans les deux cas c'est l'immunité naturelle qui agit.

 

Pour bien comprendre, prenons un exemple :

 

Mr Paul est âgé de 80 ans, est diabétique, vit en maison de retraite où il a été soumis à la maltraitance dûe au confinement ( pas de visites, pas de sorties, sensation de solitude, perte de l'envie de vivre appelée aussi syndrome du glissement, ce qui explique le nombre important de décès dans les maisons de retraite). Mr Paul a été contaminé, a fait une forme grave et est décédé. Le vaccin aurait-il pu protéger Mr Paul ? Je ne le pense pas. Pour être protégé, Mr Paul doit retrouver un système immunitaire efficace. A moins de rajeunir Mr Paul d'une bonne vingtaine d'années, de guérir son diabète, de le protéger du stress, je ne vois pas comment un vaccin pourrait le protéger. Aux dernières nouvelles, il semble bien que la baudruche vaccinale soit en train de se dégonfler. En ce mois d'août, de plus en plus d'experts admettent que les vaccins n'empêchent pas d'être contaminés et n'empêchent pas de contaminer les autres. Quant aux formes graves de la maladie, en Israël 70 % des hospitalisés sont doubles vaccinés, donc pas de protection contre les formes graves. Les experts préconisent une troisième dose qui sera tout aussi inefficace.

 

Bizarrement, la situation cet été est moins bonne que l'été 2020 alors qu'il n'y avait pas de vaccins. La vérité sur l'escroquerie vaccinale va enfin briller au grand jour. Le passe sanitaire n'a aucune utilité et doit être supprimé. Il y a des personnes asymptomatiques et testées positives. Si une personne est asymptomatique, c'est qu'elle n'est pas malade, c'est que le virus n'a pas trouvé un terrain favorable à son développement. Le virus meurt et est ensuite évacué. La personne peut être testée positive car le test PCR ne fait pas la différence entre l'ARN d'un virus mort et l'ARN d'un virus vivant. De nombreux scientifiques se sont élevés contre l'utilisation des tests PCR les jugeant pas assez fiables. Une personne en bonne santé ( homéostasie) est protégée et elle protège les autres. En détruisant le virus, elle empêche la propagation du virus. Notre seule responsabilité vis à vis de cette épidémie, c'est de tout faire pour rester en bonne santé. Se vacciner n'apporte rien.

 

L'OMS donne cette définition de la santé : « Être en bonne santé implique de connaître un état de bien-être à la fois physique, psychologique et social ». La distanciation sociale est-elle source de bien-être physique, psychologique et social ? Le confinement est-il source de bien-être physique, psychologique et social ? Le port du masque est-il source de bien-être physique, psychologique et social ? La fermeture des commerces, des lieux culturels, des salles de sport est-elle source de bien-être physique, psychologique et social ? Le télétravail est-il source de bien-être physique, psychologique et social ? La privation de nos libertés est-elle source de bien-être physique, psychologique et social ? La pollution est-elle source de bien-être physique, psychologique et social ? La réponse à toutes ces questions est NON.

En mars 2020 , nous avions à faire face à une épidémie virale comme il y en a tous les ans. Certains scientifiques ont alors alerté à une pandémie meurtrière et tout a basculé. L'hystérie médiatico-politico-scientifique s'est déployée à grande vitesse, notamment la déclaration de guerre contre les « hordes de virus » qui envahissaient la France et nous nous sommes embarqués dans une spirale infernale dont nous ne savons plus comment sortir, tellement la covidabsurdie imprègne les esprits. La gestion de cette épidémie a été catastrophique et cela continue avec le passe sanitaire qui vient d'être mis en place. Bien comprendre une épidémie : Une épidémie a un début, une phase ascendante, un pic et une phase descendante. C'est pareil pour toutes les épidémies. Une épidémie fait des victimes chez les personnes dont le système immunitaire est déficient. C'est ce que nous appelons les personnes vulnérables. Il y a plusieurs facteurs qui provoquent une baisse de l'immunité : l'âge : plus on vieillit, plus l'immunité diminue, la pollution de l'air, de l'eau, des sols, des aliments, la sédentarité, l'obésité, le cancer, le diabète, la dépression, les maladies cardiovasculaires, le stress chronique dont fait partie l'hystérie médiatico-politico-scientifique, l'abus de médicaments qui intoxiquent le corps, l'abus de drogues, de tabac, d'alcool.

 

Comme on l'a déjà dit, tous ces facteurs sont en constante augmentation avec les conséquences que cela induit sur le nombre de malades et de décès. Heureusement, une grande majorité de la population est en bonne santé et a donc une immunité efficace. Bien sûr, ces personnes peuvent être contaminées, mais leur système immunitaire détruit le virus et donc ils contribuent à freiner l'épidémie. On comprend ainsi pourquoi les mesures de distanciations et le confinement sont contre-productifs puisqu'ils ralentissent les contaminations et donc prolongent l'épidémie. Nous sommes en été et en période de vacances : les gens ont besoin de décompresser, notamment les jeunes. Alors oui il va y avoir une augmentation de la circulation du virus : les personnes en bonne santé vont détruire le virus et contribuer à la diminution de l'épidémie et seules seront touchées les personnes à risque.

Le passe sanitaire est une aberration. Le seul moyen de ne pas être victime d'une maladie infectieuse., c'est d'être en bonne santé. Ce sont les personnes en bonne santé qui stopperont l'épidémie en neutralisant le virus. C'est du simple bon sens. Le fait d'avoir eu une forme légère ou grave de la maladie devrait alerter. Si ces personnes ont été malades, c'est que leur système immunitaire commence à dysfonctionner. Je leur recommande de voir ce qui ne va pas dans leur mode de vie et d'y remédier. Pour se protéger, de nombreuses substances naturelles peuvent les aider ; Vitamine D, Vitamine C , zinc, propolis en spray nasal, huiles essentielles ( laurier noble, ravintsara, tea-tree, thym à linalol...)

--La covidabsurdie ne serait-elle pas un symptôme d'un mal plus important ? Effectivement, la covidabsurdie est un des symptômes du cancer qui ronge l'humanité. Ce cancer c'est le marché qui dicte ses lois. Ses cellules cancéreuses sont les entreprises multinationales de l'informatique, de la chimie, de l'agro-alimentaire, de la pharmacie... Leurs métastases sont les lobbyistes, les politiciens corrompus, les scientifiques corrompus, les médias qu'ils contrôlent ... Tous les moyens sont bons pour produire, vendre et faire du profit, peu importe la toxicité, la mauvaise qualité, voire l'inutilité des produits. Le marché inonde la planète de produits toxiques, détruit notre environnement, est responsable de la disparition de nombreuses espèces et détruit l'humanité.

 

Je vais terminer en citant Mr Nicolas Hulot. Dans une interview au journal Ouest-France du 18 juillet, il dit ceci : « La chronologie des dernières semaines est effrayante. Une fonte de la banquise antarctique comme on ne l'a jamais vue, des chaleurs inédites en Sibérie, une température insoutenable dans l'ouest canadien, des incendies dramatiques dans l'ouest américain, les crues meurtrières en Belgique et en Allemagne... Mais quand notre classe politique et nos élites intellectuelles dans leur grande majorité vont-elles sortir de leur silence ? Question du journaliste de Ouest France.: Serions-nous plongés dans la résignation ? Réponse de Nicolas Hulot : On peut de poser la question ! Quelque chose ne fonctionne plus dans notre civilisation. Nous sommes arrivés à un point critique et le dernier rapport du GIEC est, de ce point de vue, sans appel. Si l'humanité veut conserver ses chances, c'est maintenant ou jamais.

 

Publié sur https://www.toujourslavie.com

 

Blot Dominique

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Autres témoignages

Défilement vers le haut
Aller au contenu principal