Témoignage de :

La douleur

24 août 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Dans la nuit du 14 au 15 aout 2021, j'ai été hospitalisé en urgence à cause d'une douleur thoracique intense. Quand je suis arrivé sur place,  "ne cherchez pas c'est le vaccin" . J'ai vu ma vie défiler et je ne pensais pas arriver au matin. Souffrance, douleur, frayeur de mes proches, de mes amis et de moi-même.

A la première injection, j'ai eu une première douleur thoracique qui a duré 30 mn, j'ai pensé au stress du vaccin, à la deuxième je finis aux urgences, à la troisième même scénario que la seconde, douleur, vertige .... j'avais tellement peur que j'ai marché toute la nuit dans la maison avec cette douleur au cœur moins violente qu'à la seconde, beaucoup de douleurs musculaires.... Cela valait-il la peine d'endurer tant de souffrance ??? d'infliger cela aux gens ?  Je doute fortement et je n'ai plus confiance dans ces vaccins. A ce jour, je suis suivi, la douleur est toujours présente et je me pose des questions sur l'avenir. La douleur musculaire persiste et mon cœur s'emballe sans raison. Je surveille ma tension et je vis au jour le jour.

Après ma seconde injection j'ai fait une péricardite due au vaccin. Beaucoup de monde me l'a confirmé et personne ne veut se mouiller. Je n'en veux à personne et je vis chaque journée comme si cela était la dernière. J'apprends à gérer ma douleur et à ne pas paniquer quand mon cœur s'emballe.

J'exerce un beau métier celui de soignant et je suis toujours content d'aller bosser avec la même passion comme au premier jour, il me faut tenir compte des dégâts causés par le vaccin et faire attention à chaque instant.

On me dit souvent "tu es soignant, tu sais ce qui se passe" faut dire que quand on se retrouve en tant que patient, on perds tous ses repères.

A tous bon courage et prenez soin de vous.

Jean-Michel

Défilement vers le haut