Témoignage

Le masque : outil de déresponsabilisation de l’école sur la pandémie

Bonjour, voici mon histoire personnelle, et ma réflexion sur le masque à l'école.

Fin janvier voici comment j'ai découvert par hasard qu'il y avait des cas de Covid dans l'école primaire de mes filles (dont deux dans la classe de chacune de mes filles).

Un samedi j'ai appelé la mère d'une amie de ma fille pour l'inviter à venir jouer dans notre jardin. Cette dernière m'a prévenue que ses petits derniers étaient cas contact car il y avait plusieurs cas de Covid dans notre école. Je l'ai remerciée pour l'information et annulé l'invitation par mesure de précaution. Je me suis fait la réflexion que dans une fratrie on peut avoir des cas contacts sans pour autant que leurs frères et sœurs ne le soient et que tout cela est confidentiel dans l'école.

J'ai appris cette même journée par une autre source qu'une camarade de classe de ma seconde fille avait été malade, puis après test positif au Covid, l'assurance maladie a prévenu les cas contacts cinq jours plus tard (ces cas contacts sont amis avec mes enfants). J'ai essayé d'obtenir le nom de la malade, sans succès car c'était confidentiel dans le cercle des parents. Entre temps dans la semaine un anniversaire a eu lieu, un co-voiturage, un match de foot, et mes filles sont devenues "cas contact". Il y a eu une vague de contamination dans l'école et le village car nous étions tous prévenus trop tard. Par la suite j'ai appris qu'un grand-père contaminé a terminé à l'hôpital. J'en ai beaucoup voulu à toute cette confidentialité, car je travaille avec mes parents qui sont fragiles, et je les ai toujours préservés personnellement. Je les vois chaque jour sans masque, mais chaque fois que j'ai un doute (cas Covid dans l'école, cas contact dans l'entourage, simple rhume, je mets mon masque ou je ne les vois pas).

Pour moi tout cela aurait pu simplement être évité sans le port du masque généralisé par les élèves. Pourquoi ?

Car avant le masque à l'école, dès le premier cas nous étions prévenus immédiatement. Nous prenions nos responsabilités pour nous protéger individuellement et pouvions réagir rapidement pour isoler les cas contacts et se mettre à distance des personnes à risque. Aujourd'hui, sous prétexte que les enfants portent des masques à l'école, les cas de Covid sont devenus confidentiels. Les classes ne sont fermées qu'une fois que 3 élèves sont contaminés (hors fratrie et hors variant).

Sous prétexte que les élèves et enseignants portent le masque ils ne sont pas considérés « cas contacts ».

Alors que le masque nous a été présenté comme une protection supplémentaire aux gestes barrière et à l'isolement des cas positifs, il donne l'illusion aujourd'hui que c'est un écran total à la maladie. C'est l'objet qui permet à l'école de se décharger de la responsabilité de toute contamination au sein de nos communautés. C'est l'outil qui officialise la fin de toute vie sociale chez nos enfants.

Autre chose qui me choque lorsque je demande pourquoi on ne ferme pas la classe voire l'école à chaque cas positif : l'exclusion scolaire. Celle-ci sert aussi à déresponsabiliser l'école dans la contamination. On ne ferme pas de classe pour soi-disant éviter l'exclusion scolaire chez les familles les plus fragiles alors que je vois là un motif économique. Depuis le port du masque on ne prévient pas les proches des élèves malades (hors cas contacts) pour éviter leur stigmatisation voire leur agression. Avec le masque on perd toute humanité dans la gestion de la crise.

Le jour où j'ai appris tout cela par hasard, je suis rentrée dans une vraie rage, c'est suite à ce choc que je me suis intéressée à RéinfoCovid. J'ai compris ce jour-là que le masque à l'école n'est pas vraiment utilisé pour protéger les élèves, ni les professeurs, ni leurs familles, mais pour déresponsabiliser les autorités par rapport au Covid. La confidentialité des cas Covid à l'école suppose que les enfants n'aient plus de vie sociale sans masque et sans distanciation sociale.

Cette réalité n'existe pas tout simplement parce que nous sommes humains, nos enfants ont besoin d'interactions sociales pour grandir, et que l'enfance ne dure que quelques années. Au lieu d'informer, on cache les malades, la maladie se propage incognito, et il n'y a plus de responsables publics, les seuls responsables sont les familles, montrées du doigt. Les gens se regardent de travers, l'omerta est de mise, les gens se méfient de leurs voisins. On ne peut plus discuter sans passer pour des anarchistes ou complotistes, tant les gens ont peur de tout.

Tout cela sans parler de l'effet néfaste des masques sur la santé des enfants qui paraît être d'une évidence ... Les mamans du coup ne s'en soucient pas, font confiance, considérant que ces masques limitent la « catastrophe » ! La propagande sur le masque à l'école a bien fonctionné ; le dialogue entre parents est devenu impossible et la majorité des parents pensent que la crise est bien gérée ce qui me semble insensé. C'est désespérant.

 

Chantal

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Autres témoignages

Défilement vers le haut
Aller au contenu principal