Témoignage de :

Le soin et la relation interpersonnelle

1 juillet 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Dans le soin, la relation interpersonnelle a une place essentielle complémentaire de la connaissance scientifique et technique. Cette relation interpersonnelle se structure sur une base solide grâce aux liens de proximité stables crées dans la confiance. Elle permet aux personnes d'accéder progressivement à l'autonomie dans la gestion de leur santé et favorise ainsi la mise en place d'une politique de prévention accessible à tous.

Le soin est à adapter aux patients en fonction de chaque sensibilité particulière : génétique, environnementale, familiale émotionnelle. L'accompagnement des personnes dans les traitements qui leur sont prodigués peut proposer parmi les différents objectifs à atteindre, celui d'apprendre à développer une intuition juste de ce qui leur est favorable, sans oublier que le dernier mot leur revient.
La loi Kouchner du 4 mars 2002 dit : "Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment"(art1111-4).

La relation de confiance ne se décrète pas. Elle nécessite un temps incompressible d'expériences vécues de façon positive. Elle s'installe progressivement dans l'authenticité et le respect des sensibilités différentes. Elle dépend de la reconnaissance et de l'écoute active sans jugement des émotions les plus diverses et même les plus choquantes (Carl Rogers). Elle demande de positionner un cadre commun avec l'acceptation de règles qui permettent à chacun de se sentir en sécurité.
Les protocoles et autres réglementations sont des repères qui ne doivent pas nous amener à oublier que dans le domaine de la santé, jamais et toujours n'existent pas. Nous ne sommes ni réductibles à des algorithmes ni conformes à des statistiques. Les normes devraient être de simples repères adaptables à chacun pour que les déterminants de santé ne deviennent pas source de discrimination sociale. En effet, selon l'état général de la personne, la maladie prend de multiples formes, depuis la plus inapparente à la plus mortelle. De même, un traitement introduisant une ou plusieurs molécules synthétiques peut être bénéfique en favorisant la guérison, mais aussi iatrogène, en provoquant des effets secondaires plus ou moins graves, parfois mortels.

L'exercice de la Médecine est un art dans lequel la technique peut apporter de l'aide à condition de ne pas envahir tout le champ relationnel. L'accompagnement des personnes demande à développer une qualité de relation interpersonnelle qui accepte les confrontations, les ajustements avec les remises en question réciproques liées aux observations de terrain ainsi qu'aux découvertes scientifiques.

Ce mode de relation nécessite d'avoir du temps et permet au patient de devenir acteur dans la gestion de sa santé.

Bernadette.

Défilement vers le haut