Témoignage de :

Le temps d’un arrêt ou comment retrouver la raison dans un monde qui l’a perdue ?

2 juillet 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Je suis arrêté depuis le 19 avril. Je n'ai plus su, ou pu me rendre à mon travail suite à de profondes
crises d'angoisses qui m'empêchaient de réfléchir sereinement. Nous sommes le 4 juin 2022. Un peu
plus de 1 mois et demi d'arrêt. Ça me fait du bien. J'ai pu m'arrêter sur ce qui ne va pas dans ma tête.

Après avoir commencé à prendre des somnifères et aussi commencé un traitement aux
antidépresseurs, je me suis retrouvé dans un état que je n'avais jamais connu de ma vie. La léthargie.
Jusqu'à ce que je tombe par hasard sur cette superbe série qui s'inspire du livre d'Aldous Huxley. Le
meilleur des mondes. Révélations !

Dans ce récit dystopique, le soma qui est utilisé dans la société, calme et tempère, les
comportements des gens et ainsi les rend heureux. Comment ne pas faire le rapprochement avec les
médicaments que l'on m'avait fourni et qui devait me remettre sur le droit chemin de la raison ?
Soit, Huxley était visionnaire, soit à l'époque on réfléchissait déjà à la société que l'on était en train
de nous construire. Cette série qui m'a permis de me dire que ce n'était pas moi le problème dans la
société mais que la société avait un énorme problème en soi !

M'adapter à un monde malade serait une pure folie. Prendre des médicaments pour supporter la
cruauté de mes contemporains aussi. Une grande partie de la population fonctionne avec ces
médicaments qui sont certainement une aide pour certains d'entre-nous, (je ne suis pas médecin),
mais reste une béquille si le mal profond n'est pas pris à la racine.

Comment accepter ce changement de société comme dans le meilleur des mondes ? Qui peut penser
que nos dirigeants sont tous là pour notre bien ? Il faut avoir un grain pour le croire, non ? Comment
peut-on faire croire aux populations de ce monde qu'un conflit armé soit la meilleure des solutions
pour notre bien à tous ?

Ce coronavirus, cette guerre ont fait sortir le pire en nous. Celui qui vient me dire aujourd'hui que les
deux ne sont pas liés ne peut être que fou ou aveugle. A partir de cette conclusion que je me suis
forgé seul dans mon coin, banni depuis deux ans du discours ambiant, passé du côté obscur de la
force, j'ai décidé d'arrêter de prendre ces médicaments et de continuer à écrire sur ce qui me rend
dingue dans ce monde. Ce que je n'ai pas pu faire en étant sous médicaments.

J'étais devenu en quelques jours de traitements léthargique et je ne pouvais pas me résoudre à me
soumettre à cet état. Ce n'était plus moi ! Est-ce la suite des événements, est-ce le but inavoué des
élites. Rendre dingue l'opposition à ces folies qu'on est en train de nous faire traverser pour le bien
de tous ?

Donc aujourd'hui, je réfléchis, je suis dangereux, fou ! Comme dans le meilleur des mondes. Va-t-on
psychiatriser l'opposition ? Obéis ou on te traitera comme un fou ! On te réinitialise avec des
médicaments ! C'est ce qu'il se passe dans le monde entier. La consommation de ces drogues
médicales est un fléau pour la société. Pas le remède... La guerre qui a commencé en février 2022 a
peut-être mis en pause la folie qu'on nous a imposée pendant deux ans tout en entrant dans une
autre folie, celle de la guerre !

Mais c'est quelque chose que je ne peux pas oublier, qu'il m'est impossible d'oublier. Le sort qui a été
fait de l'opposition pendant cette pandémie a été terrible à vivre et l'est encore aujourd'hui pour ces
millions d'européens banni par un QR code un temps et toujours banni sans QR code maintenant.
Cette société a réussi un coup de génie, empêcher toutes contestations sur terre, c'est mondial !
Pour votre bonheur, surtout, ne réfléchissez pas. Le meilleur des mondes l'avait prédit.
Bref, nous n'y sommes pas encore totalement et je peux dire que les angoisses que je ressens
actuellement sont dues à une complète scission entre ma vision d'un monde humain et le monde
totalitaire que l'on est en train de nous construire pour notre bien.

Je ne suis pas fou, ou peut-être à la limite de la folie, certainement, mais c'est parce que je me bats
dans ma tête pour réfléchir à comment ne pas rentrer dans ce monde-là. Il y a de quoi devenir
dingue.

Quand la grande majorité de la population vous prend pour des dingues parce que vous réfléchissez,
vous bannit de la société et vous maltraite sous couvert de peur et de sécurité, une seule chose est
sûre, c'est que nous n’y sommes plus du tout !

Ceux qui ont obéi ont certainement ce sentiment d'être des patriotes, des gens bien, des êtres
solidaires et solidairement, ils ont exclu de la société des millions de leurs semblables. Des familles
entières déchirés, des divisions provoquées… dans quel but ?

Je me suis offert une petite fête pour mon 41 anniversaire. Je me suis rendu au 10 ans d'un journal
indépendant de ce pouvoir du meilleur des mondes. Un journal qui essaye tant bien que mal de se
battre pour ne pas arriver dans cette société totalitaire qu'on nous prépare soigneusement avec des
répétitions générales durant plusieurs années. Tout ce que j'ai appris dans ce journal, c'est qu'il
existe bel et bien un agenda des élites et des élus pour nous diriger dans ce meilleur des mondes. Ce
n'est même pas quelque chose qui est caché. C'est au vu et au su de tous. Et il y a très peu de
journalistes qui s'y intéressent.

Ce ne serait pas bon de mettre un terme à cette nouvelle organisation mondiale qui veut faire un
grand reset totalitaire de la société. Il suffit de lire les recommandations de ce fameux milliardaire
Klaus Schwab dans son livre paru en 2020. Le World Economic Forum, WEF pour les intimes. Il y a
une phrase de Klaus Schwab durant une interview qui m'a interpellé, c'est que nous allons tous
devoir accepter de vivre dans une complète et totale transparence à l'avenir.

Si je n'ai rien à cacher pourquoi ne voudrais-je pas participer à cette société bienheureuse ? Pour
rappel, c'est qui, qui détourne des milliards chaque année qui ne permet plus à la société de faire les
progrès qu'on attend d'elle ? Combien de scandales ces dernières années, on peut mettre trois petits
points suivis de Leaks.

Et rien, rien n'a été fait contre ces détournements massifs de richesses mondiales. Rien ! Rien que
pour l'Europe, chaque année, ce ne sont pas moins de 1000 milliards d'euros qui ne rentrent plus
dans le pot commun qui est destiné à tous. L'avidité à empoisonné les hommes, certains hommes.
Ces sommes faramineuses, dont on n'arrive plus à se faire une idée auraient pu empêcher cette crise
sanitaire et les pertes de libertés associées.

Mais bon, de meilleurs salaires, de meilleures conditions de vies pour les prolétaires que nous
sommes ne sont pas dans le plan de ces milliardaires qui dirigent le monde aujourd'hui comme on
dirige une société multinationale.

Des cabinets de conseils ont donné le ton durant cette pandémie. Ils ont fait la démocratie où en tout
cas détruit ce qu'il en reste. Il n'y a rien de sain à être adapté à un monde malade. Cela fait des
années que je dénonce ces faits, et ils sont connus de tous. Le monde de demain sera une grande
multinationale globalisée dans un monde globalisé avec la maîtrise des foules par des techniques de
management qui ont fait leurs preuves pour la productivité ainsi que pour la soumission à l'autorité.
La Science au profit des plus puissants et non pour le bien de l'humanité.

Notre Pfizer qui êtes aux cieux,
que tes doses soient sanctifiées.
Au nom pèze, du fric et du simple d'esprit,
Arnm !

Les seules personnes qui sortiront libres dans ce nouveau monde globalisé ne représentent qu'un
seul pourcent de la population mondiale ! Pourquoi un tel pouvoir entre quelques mains humaines
avec des visions totalitaires du monde. Il ne faudrait pas que le petit peuple fasse échouer leur plan
marketing !

Être éveillés dans ce monde fait-il de moi un complotiste ? Pour revenir à cette petite fête du 28 mai
2022. J'y ai rencontré des gens comme moi, ce qu'on appelle aujourd'hui des complotistes, étaient,
avant, des êtres humains. Ils ont été comme moi banni de la société pour avoir osé réfléchir.
Pour la deuxième fois depuis deux ans, je rencontre des gens qui sont exclus de la société parce qu'ils
ne veulent pas de cette nouvelle société totalitaire. La première était le 23 janvier 2022. Grande
manifestation européenne pour les libertés. Comme dans tout rassemblement, on y trouve de tout.
De la gauche à la droite, nous sommes unis sur un même thème ! La liberté.

Je suis devenu dingue en deux ans d'avoir perdu cette possibilité de pouvoir défendre nos libertés.
Quelle crime y'a-t-il de plus infâme que celui-là ? La suite logique de tout cela est de traiter
psychiatriquement mon état. Deux mots, Burnout et Stress Post Traumatique.

Le burnout, ce sont les conditions de travail depuis deux ans dans un monde en pandémie, avec
l'exclusion de mon mode de pensée du reste des bons travailleurs qui ont obéi. Le stress post
traumatique, la mort barbare de mon compagnon durant la deuxième vague en octobre 2020. La
crise du Covid emporte 20 ans de ma vie sous terre. Qu'ai-je le droit de dire ou de faire dans ce
monde qui vous exclus pour vos idées ?

À ce qu'il paraît, dans la déclaration des droits de l'homme de 1948, nous avons le droit à la
résistance face à l'oppression. La discrimination consiste à favoriser ou défavoriser un individu, en
raison de certaines de ses caractéristiques ou de certains de ses choix personnels. En ce sens, elle
constitue une atteinte à l'égalité en dignité et en droit proclamée à l'article 1er de la Déclaration
universelle des droits de l'homme. La discrimination a été institutionnalisé durant cette pandémie
sous couvert de sécurité sanitaire. Des gens ordinaires de toutes confessions et de tous genres ont
été bannis de la société. Et nous n'avons pas le droit de l'écrire ou de le dire car nous ne sommes plus
que dans un seul camp, celui des complotistes.

Enfin, si, nous pouvons l'écrire mais cela n'aura aucun impact puisque les gens ne voient plus le
monde qu'en deux pôles distincts. Les gentils et les méchants, les vaccinés et les non-vaccinés, les
bons citoyens et les mauvais citoyens, les rouges et les verts sous QR code.
Quelles drogues a-t-on données au monde pour ne plus voir les nuances ? Il existe tellement plus de
nuances que celles-là ! Tout n'est pas noir, tout n'est pas blanc, il existe une infinité de nuances de
gris et d'infinies couleurs aussi. Et je fais partie de toutes ces nuances. C'est de cette division que je
souffre, pas d'une maladie mentale.

Ma remise en question est profonde. J'ai dû choisir un camp, celui de la contestation. Je suis devenu
un contestataire. J'ai le droit encore de le dire, de l'écrire. La contestation ne fait pas de mal à la
société, au contraire, elle permet de réfléchir. Il faut encore que vous nous entendiez, et là, le travail
est immense, tellement immense que je crains que nous ayons perdu d'avance.

On ne prend pas des lois dans l'urgence. Ce ne sont pas des lois saines. Les ordonnances prises
durant la deuxième guerre mondiale contre un ennemi fabriqués de toutes pièces sont tout aussi
abominables que les ordonnances qui ont été prises durant cette pandémie contre un ennemi
fabriqués de toutes pièces aussi ! Elles sont maintenant inscrites dans la loi et peuvent être remises
en route à n'importe quel moment ! On nous ressort les mêmes vieux scénarios en leur donnant un
air nouveau. Il n'y a que très peu de personnes qui peuvent s'apercevoir de la supercherie. Le doute,
c'est ce qui me permet de vivre. Douter permet d'évoluer, d'avancer, de changer ! Ne pas douter est
une folie ! Être sûr de soi en toute circonstance est une folie. On peut se tromper et avancer mieux.
Je dis cela car je viens de voir deux séries sur la fabrication de ces milliardaires du XXI siècle. Bizarre
qu'on commence à dénoncer. Serait-ce une manière de faire amende honorable ?

Uber et Theranos. Ces startup qui sont censés changer le monde mais ne font que déréguler la
société. L'une vaut 68 milliards, l'autre en valait 9. Toutes les deux construites sur du vent. La
nouveauté, l'innovation ! Le rêve de la Silicone Valley ! Conquérir le monde. Le remplir d'innovation
toute aussi vide et inutile qu'un pet sur une toile ciré ! Une innovation qui est en train de nous faire
perdre toute vie privée, et toutes libertés si on ne fait pas attention !

Je veux croire à un vrai monde meilleur, c'est la seule solution. Croire encore que dans ce monde, il
existe des gens, des intellectuels qui réfléchissent à une autre société que celle qu'on nous construit
dans le meilleur des mondes et surtout pour notre bien à tous ! Hein !
Mais comment croire que vous n'êtes pas fou quand toute la société se ligue contre vous ?
Comment se faire entendre ?
Est-ce voulu ?
On crée la contestation pour la future guerre mondiale qui est en route ?
On dirige la majorité contre la minorité et on voit ce qu'il se passe. La vie des hommes est-elle un
jeu?
Quand les riches se battent, ce sont les pauvres qui meurent ! Et de ce monde-là, il n'est pas question
que j'y participe. Voilà ma folie !

Lorenzo Di Nicola

Défilement vers le haut