Témoignage de :

Manifeste des professionnels de l’éducation, par le Collectif Éducation Pour le Bien des Enfants

3 mars 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Manifeste des professionnels de l’éducation, par le Collectif Éducation Pour
le Bien des Enfants

A France soir, Bon sens, Réinfo covid

Je m’adresse à vous de nouveau pour vous demander de soutenir cette initiative du secteur de l’éducation. Étant adhérant à ce collectif dont environ 9 000 personnes
ont déjà signé le manifeste, il est plus que temps de faire entendre cette voix dissidente, de la partager massivement, d’en prendre exemple, d’en débattre dans les écoles, il y a tant à faire, chaque action compte.
J’ai essayé d’en parler plusieurs fois sur le forum de france soir. Mon impression est que nous participons tous à la destruction massive du great reset en refusant de vouloir nous remettre en question.
Il est d’usage de vouloir casser du prof, ou bien de vouloir les mettre tous dans la même ferme des moutons, après avoir cassé la plupart de nos institutions.
Il est d’usage de mettre la responsabilité sur les autres et de se complaire dans la bonne vieille morale de la discipline avec un grand D. Celle qui nous a précipité vers
l’infantilisation et la soumission.
N’est-ce pas ce que veulent nos dirigeants? Nous avons décidé de refuser cet usage, de faire entendre nos voix sur la voie de la résistance.
SVP cette fois écoutez ce groupe de dissidents, faites un article sur le collectif,
publiez ce manifeste, dont voici un résumé, éducation pour le bien des enfants.fr (télécharger l'original sur le site), le vrai bien, le bien-être, l’intégrité, la nature des enfants.

 

Je suis Marcel
Manifeste des professionnels de l’éducation par le Collectif Éducation Pour le Bien des Enfants

Je suis un Professionnel de l’Éducation, Enseignant de la maternelle au supérieur, Atsem, AESH, Animateur périscolaire, Animateur d’ALSH, Éducateur, CPE, Surveillant scolaire, Agent communal....

Je suis de tous ceux qui souhaitent construire une société dans laquelle les enfants pourront devenir des êtres bienveillants les uns envers les autres, éclairés et libres.

Je suis informé et je m’informe quotidiennement sur la réalité de la situation sanitaire. Selon les données scientifiques, mises à jour en janvier 2021, puis confirmées par le ministre Jean Michel Blanquer le 22-04-2021, les enfants sont très peu contaminants et très peu contaminés. Ces mêmes données sont pourtant utilisées par le gouvernement pour accompagner leurs décisions conduisant les enfants dès 6 ans à porter le masque. Depuis un an d’application des protocoles sanitaires, je constate qu’en les appliquant, je deviens, et bien malgré moi, maltraitant.

Je m’insurge devant ces mesures injustifiées et disproportionnées. Je viens réaffirmer mon rôle de professionnel de l’éducation. Je viens réaffirmer les missions de la fonction que j’ai choisie d’occuper au service des enfants et de notre jeunesse. Je viens affirmer ma volonté de participer à la construction d’une société fraternelle, équitable et libre. Je veux pouvoir mener à bien mes missions d’éducateur et pour cela : Je refuse en conscience, une éducation qui participe aveuglément à ces protocoles sanitaires.

J’ai besoin d’entendre et d’être entendu, j’ai besoin de voir et d’être vu.

Je refuse le port du masque obligatoire pour les enfants et pour les personnels.

J’ai besoin de communiquer de manière humaine et donc émotionnelle. Je refuse l’effacement des visages et la disparition de la communication non verbale.

J’ai besoin de pouvoir m’approcher des enfants et d’être approché d’eux en toute confiance et en toute liberté. Je refuse la distanciation physique en intérieur comme en extérieur.

J’ai besoin de circuler et de laisser circuler librement. Je refuse d’imposer des contraintes de circulation ou des zones de parcage.

J’ai besoin d’éduquer et d’enseigner en présence.

J’ai besoin d’avoir un contact réel avec les enfants parce qu’une interaction sociale est absolument indispensable pour
être et pour apprendre.

Je refuse toute fermeture de classes et de tous lieux d’éducation

Je refuse toutes formes d’enseignement à distance. Je refuse de ne plus
avoir de contact réel avec les enfants.

J’ai besoin de faire un lien réel et vivant avec les parents (réunions, rv) les inclure et les informer de ce que vivent leurs enfants. Je refuse d’imposer aux parents des réunions virtuelles qui nous empêchent d’établir de vraies relations, capitales pour un véritable partenariat éducatif.

J’ai besoin d’établir un climat de confiance, un cadre sécurisant et serein entre enfants et au sein de l’équipe éducative. Je refuse d’alimenter le climat de peur et de culpabilisation infligé depuis plus d’un an aux enfants.

Je refuse les situations de délation et de discrimination engendrées par ces protocoles, entre enfants et au sein de l’équipe éducative.

J’ai besoin d’être reconnu comme garant de l’intégrité et de la sécurité physique et psychique des enfants dont j’ai la responsabilité.

Je refuse d’être accusé de « mise en danger de la vie d’autrui », sous prétexte de refuser d’être maltraitant en obéissant aux injonctions de ma hiérarchie et de l’institution.

J’ai besoin d’être reconnu comme professionnel de l’éducation : adulte responsable et créateur du bien-être et des apprentissages des enfants.

Je refuse d’endosser le rôle qui est aujourd’hui imposé aux forces de l’ordre : de surveiller, de sanctionner pour le non-respect des protocoles sanitaires (masque, gel, sens de circulation,
distanciation...).

Je refuse d’endosser la fonction de professionnel de santé : de devoir faire le lien famille-protocoles sanitaires actuels (propositions de tests salivaires ou PCR, et possiblement pression de vaccination).

J’ai besoin d’être reconnu comme un créateur de dispositifs, de cadres, de situations qui s’adaptent, au cas par cas, à la réalité du terrain et des particularités de chacun. Je refuse d’appliquer, sans droit à la réflexion et au discernement, la mise en place de protocoles uniformisants et fondamentalement déshumanisants.

J’ai besoin d’accompagner au développement de l’esprit critique des enfants en leur permettant de se questionner sur tous les sujets possibles en toute liberté.

Je refuse de faire croire aux enfants qu’il n’y a qu’une seule réalité et que les informations, même diffusées massivement, ne peuvent pas être remises en question. p.1/2 p.2/2. En tant que professionnel de l’Enfance et de l’Éducation, je refuse de cautionner par mon obéissance ou par mon silence, un système qui est objectivement aujourd’hui maltraitant et destructeur et qui est contraire aux différentes Déclarations des Droits de l’Enfant.* Je refuse d’être responsable des conséquences que les protocoles sanitaires actuels ou à venir ont et auront sur les enfants et sur la société d’aujourd’hui et de demain. Je veux pouvoir mener à bien mes missions d’éducateur et pour cela : Je refuse en conscience, une éducation qui participe aveuglément à ces protocoles sanitaires. www.educationpourlebiendesenfants.fr *Déclarations des Droits de l’Enfant, 20 novembre 1959 & Convention Internationale du Droit de l’Enfant, 1989 « L’enfant est reconnu, universellement, comme un être humain qui doit pouvoir se développer physiquement, intellectuellement, socialement, moralement, spirituellement, dans la liberté et la dignité.

Défilement vers le haut