Témoignage de :

Masques

23 octobre 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

J'entends par, les temps qui courent, cette petite musique sur divers médias alternatifs à propos du masque, ou plutôt de ceux qui en portent. J'aimerais faire part ici de mon irritation. Dans une énième émission (ici la matinale de Radio Courtoisie du 19 octobre) viennent à mes oreilles ces envolées lyriques sur la servitude volontaire qui serait consubstantielle au port du masque. Par ailleurs, j'ai entendu de ci de là également sur Radio Courtoisie cette chanson du type lâches, à destination des porteurs dudit masque aujourd'hui.
Gardien de musée durant presque 30 ans au Louvre, je voyais depuis  des décennies, surtout des Japonais, Coréens, ou plus rarement des Chinois, débarquer au musée masqués, (souvent des masques chirurgicaux) sans que cela ne nous inspirât, mes collègues et moi, le moindre besoin pressant de dissertations ou autres envolées philosophiques sur les notions de liberté et de courage. A la fin des fins, j'y voyais, bien au contraire, une marque d'attention envers l'autre : en effet, ai-je fini par comprendre, il s'agissait de préserver autrui de ses microbes ou virus, lorsque l'on est soi-même grippé ou enrhumé. Je n'y ai jamais vu un signe d'asservissement, mais plutôt une manifestation d'altruisme, j'ai fini par y percevoir une forme de politesse, même si ma culture d'occidental me faisait ressentir cela parfois comme bizarre (visuellement).
Il m'est par contre arrivé maintes fois, dans des transports publics bien de chez nous, trains ou métros, de recevoir des giclées de microbes de souche, de gens éternuant ou toussant à qui peut mieux sans mettre la main, voire de recevoir un éternuement de morve bleu-blanc-rouge dans la gueule, (authentique) de gens ô combien libres et non asservis, au sens où l'entendent certains FFI radiophoniques ou de clavier actuels, pour qui tout porteur de masque serait un lâche. 
Je m'explique : 68 ans, diabétique, non vacciné, infecté par Delta septembre 2021, rescapé après une semaine en soins intensifs, passé à deux doigts de l'intubation. Pas de pote médecin susceptible de me fournir de l'Ivermectine à temps, (phase initiale de l'infection) à l'image de messieurs Asselineau et Rioufol. A ce jour, j'ignore toujours comment j'ai pu être infecté par ce probable bidouillage expérimental échappé accidentellement d'un labo chinois. Je me cramais les mains au gel, les lavais rigoureusement 100 fois/jour. Par contre, j'ai participé, non masqué, à des réunions Réinfo-Covid, parfois en lieu clos, à l'occasion en présence de personnes toussant durant la réunion, fis des trajets  en voiture non masqué, vitres closes, avec des collègues dont certains me firent la bise. Et si certains étaient asymptomatiques ? Je n'accuse personne, je relate des faits. J'ai pu l'attraper aussi bien au super-marché du coin qu'au cours d'une manif anti-pass, Dieu seul sait comment.
A ce jour, je ne sais toujours pas à qui accorder ma confiance : à mon médecin traitant, tenu en joue par un ordre des médecins lui intimant de se tailler en pointe son serment d'Hippocrate, sous réserve de radiation et de fermeture du cabinet ? Au Pr Raoult, pour qui la transmission se produit essentiellement par contact ? A d'autres, préconisant d'abord une transmission par voie respiratoire ? A Fabrice Di Vizio, qui prétend que le masque est une clownerie ? (Si j'ai compris de travers, au temps pour moi). A un prototype de vaccin en phase 3 d'essai jusque fin 2023, semblant engendrer d'innombrables effets secondaires par ailleurs grossièrement censurés par les autorités sanitaires ainsi que par une bonne partie du corps médical ?  Aux fabricants des vaccins ayant exigé et obtenu du monde politique d'être exonérés au pénal en cas d'effets graves à moyen et long terme ? Dans ces conditions, je ne puis vraiment me fier à rien ni à personne.
Dans le doute, je reste attentif aux modes de transmission possibles car j'ignore, toujours non vacciné, en dépit d'injonctions inoculatoires (op)pressantes reçues en milieu hospitalier, si jamais je devais re-choper cette saloperie, j'ignore, disais-je, si ma prise en charge médicale pourra être assurée conformément à la première : la situation hospitalière (soignants, urgences etc) semble s'être encore détériorée. Je sais, depuis, notamment via les informations relayées assez tôt par M. Di Vizio, qu'à l'Elysée loge un ex-banquier qui, lors de son passage chez Rotschild, avant d'entrer en politique, fût en charge de la vente du département nutrition infantile Pfizer à Nestlé pour + de 10 milliards de dollars, que l'entreprise Pfizer, dont à l'heure actuelle le prototype de vaccin, massivement inoculé en phase 3 d'essai et semblant le seul restant en lice, s'est acquittée d'amendes cumulées d'un montant de + de 10 milliards de dollars au cours des 20 dernières années, au titre d'infractions diverses et (a)variées, que le cabinet Conseil Mc Kinsey, à qui l'ex banquier échoué à l'Elysée a confié l'organisation de la campagne de vaccination française, s'est acquitté, courant 2021, d'une amende d'un montant de presque 600 millions de dollars dans le cadre du scandale des opiacés. (anti-douleurs) aux USA (500 000 morts à ce jour) Ces abyssales énormités semblent n'en toucher qu'une sans faire bouger l'autre de populations en état apparent de mort cérébrale. Peut-être consécutivement à un trauma psycho-pandémique orchestré par le petit monde politique, sous le regard lubrique d'une industrie pharmaceutique jurant, la main sur le coeur, son immense compassion ainsi que son attachement sans faille à la santé du genre humain ?
Il n'en reste pas moins et il se trouve, messieurs les grands résistants pointant du doigt de lâches porteurs de masques, que de nombreux personnels ou autres soignant(e)s vacciné(e)s m'ont sauvé la mise. Ce qui n'enlève rien au courage des non vacciné(é)s viré(e)s comme des malpropres selon une méthodologie de petits gangsters. Je ne sais (toujours) pas avec certitude quand et comment j'ai chopé ce virus bien réel, ni comment m'en protéger avec certitude. Je suis cependant toujours non vacciné, (contrairement aux conseils sur le bénéfice-risque du Pr Raoult lui même, relatifs à l'âge et aux co-morbidités) parce-que j'estime que je n'ai pas à me soumettre à de potentielles manipulation de masse visant à terroriser les populations en vue de les diriger dans la direction voulue. Les dés semblent pipés sur tous les plans, y compris le médiatique, les conflits d'intérêt potentiels ont l'air pulluler, dévorant la démocratie de l'intérieur tels des vers grouillant au sein d'un cadavre. Mais de grâce, avant de partir en vrille à la vue d'un FFP2, y compris certains ex-potes, attendez d'entendre l'histoire que peut bien raconter son porteur.
Silvio MOLENAAR

Défilement vers le haut