Témoignage de :

Moderna 1ere dose – 31 ans – problèmes cardiaques

25 février 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Bonjour,

J'ai 31 ans, je me suis faite vacciner avec Moderna le 07 janvier, j'ai eu mal au bras gauche pendant deux jours sans pouvoir le bouger. Deux jours après le vaccin : grosse fatigue, chutes de tension, malaises vagaux, cardio chaotique et très élevé, fortes brûlures au bas du ventre, problèmes intestinaux et frissons. Quelques jours après, j'ai continué à être essoufflée en activité et en repos, grande difficulté à trouver l'air et à respirer, palpitations,
rythme cardiaque fort et chaotique.

Un médecin m'a hospitalisée en Normandie où j'habite pour symptômes post-vaccinal le jeudi 13 janvier avec un cardio à 200 et tension à 9 et je suis ressortie le soir même me demandant de revenir cinq jours plus tard pour la pose d'un holter (électrocardiogramme cardiaque).

Durant trois jours, j'ai été dans l'incapacité de me lever, car chaque mouvement refaisait repartir mon cardio extrêmement haut, grande difficulté à trouver l'air et à respirer, épuisement général. Ne pouvant rester seule, j'ai dû quitter ma région pour être entourée par mes proches et faire d'autres examens. Très vite, des anxiolytiques m'ont été prescrits jugeant que ces palpitations étaient surement liées à l'anxiété. J'ai trouvé un hôpital acceptant de me poser un holter sur deux jours (du 20 au 22 janvier).
Dans la nuit du lundi 17 janvier, j'ai eu une douleur extrêmement violente au bras gauche comme si on me coupait la peau à vif, j'ai eu tout le bras engourdi avec des picotements le restant de la nuit et les jours suivants. Le lendemain, j'ai trouvé en urgence un médecin qui à la suite de cette consultation et de mon cardio au repos à 115 bpm m'a fait une ordonnance pour des bétabloquants pour freiner le cœur, à prendre en cas de nécessité. Il m'a conseillé idéalement de ne rien prendre et d'attendre mon rendez-vous avec le cardiologue afin de ne pas fausser les résultats.

J'ai eu la pose du Holter, les résultats sont tombés tardivement, trois semaines après cet examen (le 08 février). J'ai passé ce premier mois principalement en étant allongée car les palpitations étaient violentes et rapides et mes jambes me portaient difficilement. Le cardiologue de l'hôpital m'a fixé un rendez-vous le 11 février pour une consultation m'attestant d'avance une anomalie cardiaque. Je me suis rendue à ce rendez-vous, une échographie et ECG ont été faits. Il m'a confirmé qu'il y avait un souci au niveau d'une de mes oreillettes cardiaques ou bien le souci peut être aussi entre ces 2 oreillettes. Il y une sorte de court-circuit qui fait dérailler l'ensemble du cœur, du coup, j'ai un cardio trop élevé, des palpitations au moindre effort et je m'épuise, tout ça, ça créer une sorte de
tachycardie.

Il m'a prescrit un traitement sur 3 mois pour ralentir le cœur, ce traitement est souvent pris à vie, mais il m'a conseillée d'aller au CHU d'une grande ville pour une consultation rythmologie et potentiellement une intervention (exploration du cœur avec ablation) pour ne pas avoir cette contrainte de traitement. Malgré cette défaillance cardiaque, aucun lien avec le vaccin n'a été fait, donc aucune contre-indication au vaccin, ces palpitations seraient liées à du stress et anxiété.

Un mois après cette vaccination, je m'épuise très rapidement, j'ai toujours la présence de palpitations et je ressens toujours des fourmillements intenses dans le bras gauche. Dès les premiers symptômes post-vaccinal, j'ai fait une déclaration à la pharmacovigilance à partir du site du gouvernement, par la suite, j'ai été contactée par la pharmacologie de Caen qui suit mon dossier de très près et à qui je communique tous mes documents médicaux au fur et à mesure.

Je suis en colère que mon corps ait subit autant de violences non liées au virus mais à cause d'un médicament. Comment accepter et de devoir peut-être prendre un traitement à vie ou bien de devoir subir une intervention chirurgicale lorsque l'on a 31 ans et que l'on était en bonne santé ?

Aurélie RABILLARD

Défilement vers le haut