Témoignage de :

Ne pas pouvoir voir sa maman à l’isolement à l’hôpital

6 juillet 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Je voudrais témoigner pour la mémoire de ma maman décédée, il y a quelques mois, à l’âge de 98 ans, seule, à l'isolement, dans une chambre d'hôpital, 3 jours après y avoir été admise suite à une chute dans sa cuisine.

A son arrivée elle avait été testée positive au Covid, donc elle a été mise dans une chambre isolée, sans droit de visite. Elle a eu une opération du fémur le surlendemain de son admission et elle est décédée le lendemain de cette opération.

Malgré nos appels répétés à l'hôpital nous n'avons pas eu le droit de la voir. De plus étant moi-même positive au Covid cette semaine-là, je n'ai pas osé braver l'interdit et forcer les portes ...

C’est dire à quel niveau de conditionnement j’étais, car dans une situation normale, j’aurais vite pris ma voiture, l’hôpital n’étant qu’à une quinzaine de minutes et y serais allée malgré l’interdiction.

Nous avons appelé à plusieurs reprises en expliquant la situation mais la réponse a été : « le règlement c’est le règlement ». Maman malgré son grand âge était en forme et avait toute sa tête lorsqu’elle est arrivée. De plus elle n’avait aucun symptôme du Covid. Son état s’est dégradé très vite. On nous a dit qu’elle n’était pas décédée du Covid, mais d’un « glissement ».

Je pense que le fait de la laisser seule toute la journée (avec juste les brefs passages des infirmières masquées et en tenue de cosmonaute), allongée, et ne pouvant parler à personne, a contribué grandement à cette brutale dégradation... mais on ne peut rien demander à 98 ans...

Juste de pouvoir l’embrasser une dernière fois et lui tenir la main et lui dire « je t’aime ».

Je témoigne en sa mémoire, pour dire qu’il ne faut pas se laisser enlever notre humanité comme ça, il faut résister et se rapprocher les uns des autres, le contraire de la distanciation !

Et s’arrêter un moment pour voir ce que nous sommes devenus, avant qu’il ne soit trop tard.

Catherine

Défilement vers le haut