Témoignage

Nous, les parias…

Et le Coronavirus est venu nous visiter, comme tant d’autres avant lui… Nul (enfin, quelques-uns quand même y ont pensé… Je me trompe ? Ouh la vilaine !), nul n’aurait pu imaginer que ce virus bouleverserait nos vies à ce point… Peut-être que faire la guerre à un peuple, à des idées, et même à un virus n’est pas la seule solution… Mais notre civilisation n’est pas encore arrivée à un stade d’évolution qui lui permettrait de penser autrement. Si elle survit, ce dont je doute actuellement, il faudra pourtant tenter de changer la donne… Il y a eu pénurie de masques, pléthore de masques, confinements à répétition, couvre-feu à jets continus, musellement généralisé… mais c’était pour nous protéger. Il y a eu des médicaments efficaces, mais ils ont été escamotés, interdits… c’était pour nous protéger. On a interdit aux médecins de soigner… c’était pour nous protéger. Beaucoup en sont morts, avec leur boîte de Doliprane inutile à la main. Dommages collatéraux… ? Qui en sera juge ? Il y a eu des lits d’hôpitaux fermés en pleine épidémie… C’était pour… ? Cherchez l’erreur et la réponse par vous-mêmes. Il y a eu le Rivotril et puis le Remdésivir coûteux, inefficace, finalement dangereux … C’était pour nous pr… ? À votre avis ? Et maintenant, on envoie le remdesivir dans des pays pauvres… pour les protéger. Merci ! On est trop bon !

Et puis, il y a eu la « manne » du « vaccin » qui n’en est pas un, mais c’est pour… nous protéger. Une baguette magique que tous veulent obtenir pour se sauver, pour se libérer… Tous ? Et non, pas tous. Il y a les « complotistes », les « rageux », qui ont des doutes, qui comparent, les vilains, avec ce qui se passe ailleurs, qui écoutent des gens peu recommandables qui propagent la mauvaise nouvelle, les effets secondaires, les autres alternatives, et tout et tout, les salauds. Ils se donnent bêtement du mal, parce que les chiffres, les statistiques, il faut se lever matin pour y retrouver son latin, à croire que d’aucuns mentiraient un tantinet là-dessus, je dis ça, je dis rien… PARCE QUE il y a la pensée unique qui est là pour nous protéger.

À la poubelle, les déviants, les mal pensants. Il y a la censure, mais il faut bien, pour protéger les populations, que ne ferait-on pas ? On vient aussi d’inventer les conflits d’intérêts (sic). Mais ceux de la téloche qu’on voit passer en boucle, enfin ceux qui les regardent encore, sont blancs comme neige. Des nourrissons. Les scientifiques « déviants » sont, paraît-il, des fous, des abrutis qui ont égaré leur cervelle. Les gentils journaleux indépendants, libres et objectifs, comme il se doit, nous protègent aussi contre eux. Merci, oh MERCI ! Si ce n’est pas prendre les gens pour des c… ! M’enfin, sot ! comme disait l’autre…

Les « vaccinés » qui ont donné leur consentement « éclairé » à une injection dont ils ne veulent rien savoir (va comprendre l’évolution du vocabulaire !) sont de bons citoyens, des héros qui protègent leurs concitoyens. Les autres, les « parias », sont des égoïstes, des dangers pour l’humanité (vous savez, vous, ce qu’elle vient faire l’humanité, là-dedans ? Moi non), des sous-développés du cerveau, d’après ce qu’on dit, leurs voix qui s’élèvent pour tenter de protéger les enfants – ceux de l’autre camp aussi, bien sûr – ne sont que mensonges, fausses informations, propagande (sic)… etc.

Et le feu d’artifice final, avant-veille du 14 juillet (ricanera qui garde encore un peu de bon sens), le Grand Manitou Protecteur de son peuple a parlé. Pas un dictateur, non, « Madame, allez voir ce que c’est, ailleurs, la vraie tyrannie, potassez vos bouquins de philo, ignare que vous êtes » (sic) : paroles bien pensantes et « éclairées » de bons citoyens décervelés, baudruches ventriloques diffusant à plaisir la voix arrogante et hystérique de leur Maître ; pas un tyran, oh non, respectueux de la démocratie, pas méprisant pour deux sous, menteur absolu, mais on le lui pardonne volontiers, c’est pour nous… PROTÉGER ! Même nous, les « comploteurs » ou « complotistes », on ne sait plus, les imbéciles, en tout cas, les sous-développés, les analphabètes.

Oubliés les scandales du Médiator, du sang contaminé, et j’en passe. Nous sommes en état de guerre (ça c’est pas faux…) et d’urgence, vous savez – non, vous ne savez pas -, ces situations où le bon sens, la raison, l’humanisme, la fraternité, l’égalité et la liberté, on les laisse au porte-manteau. Le Croquemitaine gronde, les petites souris s’affolent, courent dans tous les sens pour obtenir les quelques miettes qu’on leur consent et se battent entre elles pour se défouler un peu, pour ne pas devenir folles. C’est sûr, vous avez raison, il vaut mieux ne pas savoir ce qui se passe vraiment.

Pour ceux qui gardent les yeux ouverts, le cauchemar est absolu, depuis des mois, bientôt deux années. Les « parias » aussi aimeraient « protéger » les autres, les alerter, leur tendre la main. Ils le font, chacun à leur façon. Mais que faire devant tant de haine, devant l’ostracisme, la discrimination programmés ? Devant le mensonge généralisé, érigé en dictat ? Devant une doxa toute puissante, une pensée unique, la propagande de la peur orchestrées par le pouvoir lui-même aveuglé par l’hystérie du profit, de la puissance absolue ? Comment ne voient-ils pas que le pouvoir gonflé de toute puissance est devenu fou, illégitime, même dans une démocratie modérée comme la nôtre ? Comment ne pas voir que les réformes qui se préparent (retraites, chômage, pension de réversion…) sont du même acabit, liberticides, injustes, profitant encore et encore aux nantis ? Comment ne pas voir que la machine infernale est lancée, folle, aveugle elle-même et que nous aurons laissé faire ? Une société sécuritaire, hygiéniste, totalitaire où chacun remerciera pour les quelques miettes consenties (pauvres petites souris…), « panem et circenses », tandis qu’une élite vous écrase, se goberge sur votre dos et en demande toujours plus ? C’est cela que nous laissons arriver ou plutôt continuer de se construire pour notre destruction à tous ? Plus de pouvoir, plus d’argent pour quelques -uns. Moins d’humanité, surtout. Il est des règles et des lois justes pour vivre ensemble. Comment ne pas se lever et dire NON, quand les règles deviennent insensées, insoutenables, inhumaines ? Nous sommes en train de perdre notre liberté, notre intégrité physique et morale, notre humanité et notre âme. Demain, si cette loi est approuvée, une rupture terrible (dès longtemps programmée) se produira qui détruira notre identité et nos vies.

Manon Torielli

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Autres témoignages

Défilement vers le haut Aller au contenu principal