Témoignage de :

Résignation

21 février 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Bonjour à tous

Je m’appelle Martine. Autant que je m’en souvienne, j’ai toujours eu l'envie d'accompagner, d'aider, de soutenir. Depuis plus de 30 ans Je suis psychologue du travail et j’adore mon métier. De nature assez résistante (j’ai de la chance), j’ai essayé de me soigner et je continue à le faire de manière aussi naturelle que possible, persuadée que nos corps ont la possibilité de se défendre, sans bien sûr renier la médecine classique.

Quand le virus est arrivé, j’ai eu peur, happée par le tourbillon des médias...et puis pas de décès dans mon entourage proche, peu dans l’entourage plus lointain... J’ai laissé mes peurs s'envoler un peu et je me suis reconnectée à mon travail et à ceux qui avaient besoin de mes compétences.

Je ne soigne pas les corps, tout au plus les âmes... Pour autant, cet été, j’ai appris que j’étais soumise à « l’obligation vaccinale ». J’ai attendu car je travaille régulièrement dans les mêmes locaux que des personnes non soumises à cette obligation. Je me suis dis que cela ne pouvait pas être.... Ben si.

Après avoir été suspendue et après avoir pleuré toutes les larmes de mon corps et cœur, je me suis résignée et j’ai « choisi » de me faire injecter ce produit. Il est important pour moi d’indiquer qu’il s’agit d’un choix, par respect pour les personnes professionnelles de la santé que je rencontre aujourd'hui dans mon bureau et que j’accompagne dans leur souffrance.

Hier, mon pass avait une durée de validité de 7 mois, je pensais que le temps aurait pu jouer en ma faveur. Aujourd'hui, on me rappelle à l’ordre pour cette fameuse troisième dose et je suis anéantie, le cauchemar recommence, je n’en dors plus. Que faut-il faire pour se faire entendre, pour enfin faire reconnaître ces non-sens ? Se resigner encore et recevoir ce produit dans mon corps de nouveau ?
Renoncer à cette liberté de corps ? Faire une grève de la faim ?... Je ne sais plus et je pleure.

Je vous dis merci pour vos témoignages et votre chaleur,

J’ai cette certitude qui me tient que tout n’est pas réellement perdu💜

Martine M.

Défilement vers le haut