Témoignage de :

Retrouver le respect de tous

28 décembre 2021

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

« Le 14 Décembre 2021 »

 

Pouvoir entendre les témoins du dysfonctionnement sanitaire serait une avancée extraordinaire de démocratie, pourtant le débat n'a pas lieu entre les développeurs et promoteurs des vaccins et les scientifiques/médecins indépendants.

Sans remettre en cause totalement la vaccination, il y a de bonnes raisons de douter de son efficacité et de sa tolérance faute de transparence. La proposer aux enfants, très rarement concernés par les formes graves, sans les précautions d'usage préalables à la généralisation d'un médicament est risqué et justifie que le principe de précaution s'applique.

Bientôt le sujet sera encore davantage exploiter politiquement. Tant d'arguments factuels suffisent pour comprendre l'escalade sanitaire souvent incohérente. Les arguments politiques produisent rejet ou adhésion, ce qui aggravent les fractures dans les sociétés. Partons du principe qu'il y a deux positions majoritaires qui s'affrontent dans le milieu médico-scientifique d'un côté et dans la population de l'autre: les partisans et les opposants à la vaccination COVID.

Il est important de comprendre ceux qui vivent les effets secondaires du vaccin, ceux qui n'acceptent pas d'être infantilisés, ceux qui se sentent obligés à se faire vacciner dans un brouillard d'informations. Il est tout aussi important de comprendre le maximum de citoyens qui se sont engagés ou s'engagent sur le chemin de la vaccination covid par " croyance scientifique" fondée sur:

-les progrès de la science incontestables , pourtant plusieurs scandales sanitaires ont bien existé (merci au Dr Iréne FRACHON d'être allée jusqu'au bout d'un combat exemplaire soutenue par une chaine humaine non corrompue)

-la peur de la maladie parce qu'ils ont vécu douloureusement: une hospitalisation ou une réanimation, suivies ou non de séquelles ou de décès chez un proche, le plus souvent âgé ou fragile, comme c'est le cas depuis toujours dans les épidémies de grippe qui saturent régulièrement les hôpitaux.

- le slogan stupide: "vacciner pour faire la fête!" véhiculée par une pression gouvernementale, alors que les vaccinés pouvaient transmettre.

-de nouveaux cas, entretenus par la méthode diagnostique faussée par des tests positifs de personnes qui, pour la plupart, font tout simplement leur immunité naturelle contre le virus COVID comme ils la font pour tant d'autres virus tout au long de leur vie.

 

L'accent est mis sur la surcharge hospitalière, ce qui est compréhensible, mais c'est un autre sujet.

Pour éclairer ceux qui doutent , évitons de politiser le débat, les faits suffisent . La confusion est entretenue par l'agitation médiatique . Ne favorisons pas les visions politiques extrêmes pour s'élever contre une technoscience mondialisée déshumanisante , elle aussi extrême, qui prend le pouvoir sur nos vies. Développons le bon sens collectif pour exiger la transparence sur les vaccins COVID et retrouver la liberté de choisir en responsabilité le moyen de vivre cette période difficile dans le respect des uns et des autres :

-avec le vaccin pour certains , selon leurs risques individuels évalués, leur choix, sauf si la vaccination devait être interrompue pour inefficacité et /ou effets indésirables inacceptables,

-sans le vaccin pour les autres .

-avec toujours une prévention la mieux adaptée possible en responsabilité.

Beaucoup de confrères sont “le nez dans le guidon”, soumis aux consignes ARS COVID à respecter si non ils sont sanctionnés, disqualifiés (complotistes, fascistes...). Il y a sur le terrain une lassitude (des démissions), pour certains une forme de résistance pacifique et pourtant la majorité consacre son énergie aux soins des patients. La politique du tout vaccinal mérite un débat à la hauteur des enjeux futurs. Le virus déstabilise encore plus la société. Par nature il circulera et il mutera tant qu'il le pourra. Les humains représentent son milieu de vie et ils ont en majorité les moyens de se défendre, c'est une illusion d'imaginer le maitriser. Résistons à la panique en n'oubliant pas de vivre avec bon sens: en prenant soin de soi, sans oublier l'autre et surtout en évaluant les risques pour nos enfants.

Pouvons-nous faire confiance à l'Intelligence collective? "

 

Anne G.

Défilement vers le haut