Témoignage de :

Revenir au vécu individuel

14 décembre 2021

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Revenir au vécu individuel

 

Bonjour,

Depuis quelques temps voici comment je fais relativiser les personnes hyperflippées par le covid… en revenant au réel, au vécu, car on a assez de recul maintenant.

« -Toi personnellement, combien connais-tu de personnes qui soient mortes du covid ? »

« Je ne sais pas , je ne connais pas les chiffres par cœur, ça change tout le temps »

« Toi personnellement dans ton entourage ?"

« Mais je ne sais pas ? »

« Connais-tu UNE personne personnellement qui soit morte du covid ?»

« Ah moi ! … ben non aucune ».

« oh, c’est fou, tu as du me poser la question 3 fois pour que je comprennes ta question L »

« moi j’en connais une qui était obèse diabétique, une très belle personne par ailleurs ».

« Et tu connais combien de personne qui soient mortes du cancer ? »

« Oh des dizaines ! »

« Alors qu’est-ce qui est le plus dangereux, le covid ou le cancer ? »

« Ah, c’est vrai, je n’ai jamais regardé ça comme ça ».

« Oui, mais le cancer, c’est pas contagieux ! »

« Sauf que on tombe comme des mouches… »

« et tu connais combien de personnes qui ont des problèmes suite au vaccin ? Oh, plusieurs en fait ! »

« la grippe a une mortalité très proche du covid, plus de 30 000 morts : pourquoi on ne nous donne le nombre de mort de la grippe tous les jours au journal de 20h ?.

Pourquoi on le fait pour le covid, c’est quoi qui justifie ce traitement particulier ? Pourquoi on terrorise la population avec ce risque qui n’est pas pire que les autres (grippe, cancer, ebola) ?

« pourquoi alors qu’on nous terrorise avec des risques mortels, on continue à fermer des lits d’hôpitaux alors qu’on nous dit qu’ils sont saturés, c’est quoi cette logique shadock ? »

« ça tourne pas rond, leur logique ! » IL y a forcément un gros mensonge quelque part.

Défilement vers le haut