Témoignage

Soins reportés sine die

Bonjour à tous,
Ce message s'adresse plutôt aux médecins ou professionnels de la santé qui sont membres de ce groupe. Je suis belge et j'habite une petite ville située près de la frontière franco-belge (TOURNAI).
En bref ... depuis novembre 2011, après 32 ans de dur labeur et de cotisations, j'ai été atteint de plusieurs maladies coups sur coups : pancréatite calcifiante chronique, infarctus du myocarde avec pontage coronarien et pose d'un stent, BPCO au stade Gold III, insuffisance rénale, névralgie cervico-brachiale, hernies ombilicale et inguinales ... ! Suite à tout cela, j'ai régulièrement des crises de douleurs intenses. D'après les médecins, il est impossible d'envisager toute opération chirurgicale, si ce n'est des infiltrations au niveau des vertèbres C4 et C5 pour ma névralgie. Pour le reste, on ne peut qu'essayer de réduire la douleur avec des remèdes de chevaux (Oxycodon 40 mg 2 x jour, Gabapentine 300 mg 3 x jour, Tranxene 50 mg, Quetiapine 50mg, ... !)

Avant la crise Covid, je faisais des check-up 2 x par an et les médecins adaptaient le traitement, mais depuis mars 2020, toutes mes opérations et examens ont été annulés ou reportés sine die !
Après quelques mois de crises de douleurs insupportables, de nuits blanches, d'isolement et de crises d'angoisses, la nuit du 10 au 11 janvier 2020, j'ai fait la bêtise de vouloir mettre fin à mes jours. Un voisin a prévenu la Police et le Smur et j'ai été transporté au service des soins intensifs de l'hôpital de Tournai. La cause principale de cet acte était la douleur sévère et permanente mais aussi des soucis financiers (depuis le reconfinement du mois de novembre, j'ai fait l'objet d'un contrôle fiscal, d'un contrôle Inami et d'une saisie-arrêt par huissiers sur mes indemnités d'invalidité) ! Suite à cela, j'ai expliqué le pourquoi de mon acte désespéré au médecin réanimateur ainsi qu'aux infirmière, assistantes sociales et psychologues qui sont venus me consulter ! Etant un grand naïf, j'ai cru qu'à ma sortie des soins intensifs, les médecins allaient me diriger vers les services gastro et/ou pneumo afin
de soigner ces douleurs intenses ... mais que nenni ... ils m'ont envoyé en unité psychiatrique où l'on m'a gardé 3 jours. J'ai ensuite été renvoyé à mon domicile avec un suivi des équipes mobiles de santé mentale.
Je précise que lors de mon séjour aux soins intensifs, tous les matins je passais une radio du thorax ... rien d'anormal les 2 premiers jours mais le 3ème, on m'a détecté un pneumothorax, ce qui m'a valu de rester 4 jours de plus en soins intensifs, alors que ma sortie de réa était prévue ce jour-là !
Depuis, je suis en convalescence chez moi, avec ces affreuses douleurs qui n'ont pas disparu mais, en plus, une saturation qui tourne entre 82 et 86. J'ai pris contact avec les médecins de l'hôpital et suis allé en consultation chez mon médecin traitant. Tous me disent que peu à peu ma saturation va revenir à la normale. En attendant, en plus des handicaps que j'avais avant mon hospitalisation, je vis comme un zombie, ne sachant plus faire plus de 100 mètres, monter les escaliers, faire mes courses ou toute autre activité physique sans être essoufflé au moindre effort !
Voilà, voilà ... je pense que quelque chose ne tourne pas rond quand il s'agit de soigner une ou plusieurs maladies non répertoriées Covid !

 

Johan MASSEUS

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Autres témoignages

Aller au contenu principal