Témoignage

SOS d’une terrienne en détresse

Lettre au président : Monsieur Le Président,

Les décisions gouvernementales suite au Covid ont ruiné ma façon d'être. J'étais une personne pleine de vie, heureuse, souriante, je suis devenue une personne frustrée, agressive, en colère et triste avec la peur au ventre. Pas la peur du covid, la peur d'être enfermée, la peur de ne plus pouvoir aller manger au restaurant, la peur de ne plus jamais aller voir un match de foot, la peur de ne pas pouvoir me déplacer, de me sentir criminelle si je rentre à 18h10. Les décisions qui ont été prises pour résoudre cette crise sont loin d'être proportionnées à la population réelle. Je pleure les 150 000 morts mais nous sommes 67 millions.

La plupart des gens ne risquent rien avec cette maladie. J'ai moi même perdu mon grand père et dû subir les lois inhumaines sans droit de visite dans le service de gériatrie. Cette situation a trop duré et nous n'en pouvons plus. Il faut que les choses cessent, les vaccins sont arrivés si les personnes âgées et personnes avec des comorbidités se vaccinent les réas ne seront plus pleines. Et c'est bien ce qui compte, que les réas n'explosent pas. Le reste pour que le virus arrête de circuler il faudrait 90% de gens vaccinés et nous sommes des milliards. Ce virus ne tue pas, mais vos décisions commencent à me tuer à petit feu. Vous avez sacrifié la jeunesse pendant un an et demi, il est tant que cela s'arrête. Les dépressions, les suicides, les déscolarisations, qu'attendez-vous pour réagir ?

J'ai 30 ans, au début de ma vie j'ai un boulot stable et je suis à deux doigts d'en finir tellement j'en peux plus. Je n'ai jamais été dépressive mais je sens que je le deviens. J'ai juste envie parfois que tout cela s'arrête, je vous lance un cri d'alerte laissez-nous vivre. Pensez à la jeunesse à la vie que vous nous empêchez d'avoir. On ne vit qu'une seule fois Monsieur le Président. Les personnes âgées ont déjà vécu leur vie et ont maintenant la possibilité d'être protégées. Ne ressacrifiez pas la jeunesse car personne ne nous rendra nos années détruites par vos décisions, personne ne me rendra ma santé mentale qui devient défaillante et personne ne me rendra ma vie si je me l’ôte. Il est tant de revivre normalement, nous ne sommes pas plus forts qu'un virus. Pensez aux personnes qui commencent à devenir folles comme moi, pensez aux femmes battues, aux hommes qui deviennent fous d'être enfermés. Un homme enfermé devient animal il suffit de voir les prisons...

Il faut que cela cesse que les médias arrêtent cette dictature de la peur, ce n'est plus possible. Vous n'avez pas le droit de prendre la décision de si on a le droit de vivre ou non. J'entends souvent la santé en priorité. La santé au prix de nos libertés ? Vraiment ? Mais qu'est ce que la santé ? Est-ce simplement ne pas mourir ? Ou est-ce être bien dans sa vie, pouvoir vivre. Continuons pendant des années et mettons tout le monde sous antidépresseurs ? Quelle est la solution ? Pourquoi refaire les mêmes erreurs. Nous sommes entrés dans un engrenage dans une société qui me fait peur, dans une dictature sanitaire. Je ne reconnais pas la France ni mon pays. Soyons plus fort que cela, nous ne sommes pas obligés de suivre les autres pays. Nous sommes 67 millions de français, 99,99% ont survécu à cette maladie mais combien survivront à vos décisions ? J'ai peur que petit à petit la violence monte de plus en plus que tout se termine dans la violence la haine et la division de la société. Évitons cela ensemble et choisissons le chemin de la non-violence avant qu'il ne soit trop tard !

Comme disait Axel Khan "personne n'est autre chose que ce qu'il fait". Or actuellement nous ne pouvons rien être puisque nous ne pouvons pas être. A quoi sert la vie si on ne peut pas la vivre? A quoi sert la vie pour rester seul et enfermé? A quoi sert la vie si on a peur de vivre ? Vivre c'est prendre des risques, nous sommes tous mortels et la peur nous déraisonne. La population suit car la population a peur mais que va-t-il se passer quand elle sera sortie de ce cercle vicieux? La vie est trop courte et le Covid nous l'a rappelé laissez-nous prendre nos risques et vivre !

Qu'aurais-je fait si j'étais présidente ? J'aurais autorisé les médecins généralistes à soigner, je connais plusieurs personnes qui avec des antibios sont allées mieux en un / deux jours. Je n'aurais pas rendu malade des millions de personne en pleine santé, je n'aurais pas imposé le masque pour les enfants de 6 ans qui va devenir j'en suis sûre un traumatisme pour eux. J'aurais donné des moyens aux hôpitaux pour une vraie réforme pour l'hôpital, j'aurais augmenté réellement les salaires des infirmiers des aides-soignants, j'aurais fait un plan de rappel de retraite des médecins infirmiers avec des vraies conditions pour qu'ils acceptent de revenir aider. J'aurais donné des masques FFP2 aux 13 millions de personnes fragiles. J'aurais encouragé les hospitalisations à la maison pour ne pas saturer les urgences. J'aurais fait comme la Suède et le Japon qui ne vont pas subir une grave crise économique et qui ont moins de morts par habitants que nous. Ce qu'on s'aperçoit avec ce Covid c’est que, que l'on prenne des mesures ou non le nombre de morts est le même voire plus dans les pays à restriction. Alors pourquoi en prendre !?

Sortons de cette peur, retrouvons la raison et revivons !

SOS d'une terrienne en détresse...

Laure Sergent

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Autres témoignages

Défilement vers le haut
Aller au contenu principal