Témoignage de :

Souffrances

5 février 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Bonjour Réinfo Covid.

Merci d’offrir cet espace d’expression et de témoignage.
J’ai 48 ans, je suis marié et père de deux jeunes enfants (9 et 3 ans).

Depuis mars 2020, j’ai vu ce monde transformer la relation spontanée entre les gens, faite de confiance et d’amour, en une relation de méfiance et d’accusation. Mon ami, mon proche, ma sœur, mon frère, sont devenus mon accusateur, mon bourreau, mon juge.

Depuis mars 2020 j’ai vu le visage merveilleux de mon prochain se cacher pour disparaître derrière un tissu artificiel et standardisé, me laissant ignorer son sourire, son expression, son lien à moi.

J’ai vu les adultes mettre à la torture l’innocence des enfants ; je les ai vus faire cela et j’en ai pleuré sans jamais m’en remettre. Pour la première fois de ma vie j’ai eu envie de mourir.

Depuis mars 2020 je suis attaqué, frappé, détruit quotidiennement.
Sans l’amour de ma famille, je n’aurais pas tenu.

Cette fragilité, cette vulnérabilité, est la puissance de ce qu’il y a de vivant et d’humain en moi, de ce qui est relié à ma sensibilité la plus profonde.
Il est normal et salvateur de souffrir dans un monde qui fait souffrir l’humain. Cette souffrance est le signe que nous sommes toujours reliés à l’essentiel. Inquiétons-nous de ne plus souffrir, si la situation ne change pas. Tâchons de ne pas en mourir, en sollicitant le soutien de nos proches, et en donnant le nôtre. Et protégeons les enfants, de toutes nos forces et de toutes nos possibilités.
« En vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites.
»
Comme il me sera dur de pardonner.
Parce qu’ils savent ce qu’ils font.

Défilement vers le haut