Témoignage de :

suspicion d’effets secondaires vaccins

27 juin 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Une vieille, piquée trois doses se plaignait depuis plusieurs mois de différentes douleurs aux jambes. Prises de sangs : le généraliste ne diagnostique rien malgré une jambe qui enfle légèrement. Un lundi soir vers 20 heures la jambe a doublé de volume, le mollet est dur comme du bois, impossible de poser la jambe par terre.

Appel au 15. A la réception une réceptionniste ... (Infirmière, stagiaire ?) exposé des symptômes : « Ne quittez pas je vous passe le docteur. Réponse : « ne vous inquiétez pas c'est certainement une inflammation appelez votre médecin demain matin » La vieille qui comme tous les anciens fait confiance aux prétendus sachants, refuse de désobéir et de se faire emmener aux urgences par son mari. Le lendemain matin la situation a évidemment empirée. Ré appel aux urgences : Mêmes réponses. A 8 heures : Appel à son médecin généraliste.

Une secrétaire (sortie d'on ne sait où) lui fixe un rendez vous pour le soir 17heures puis devant les supplications avance le rendez vous à 12h30 « vous comprenez madame hier c'était lundi et nous avons eu beaucoup de demandes et l'autre docteur est absent ». Intenable, ne sentant plus sa jambe et maintenant la cuisse enflée elle décide (armée d'une béquille) de se faire conduire aux urgences de l' hôpital privé Valmy à Dijon : sont parait-il mieux lotis en personnel ?
9 h inscription, 9h30 une infirmière vient la voir et lui fait comprendre que ça risque d'être long. 11h prise de sang, 12h30 examen du médecin qui diagnostique une grave phlébite et demande un scanner car il craint une embolie pulmonaire.
14h pas de thrombose pulmonaire diagnostiquée, prise d'anticoagulants et elle reste 24h à l'hosto pour surveillance.
Alors qui sont ces gens qui répondent au téléphone ? Quelles compétences ?
Quelles consignes leur a-t-on données ?

Le plus cocasse c'est que l'urgentiste de l'hôpital a confié à la très patiente « n'appelez pas le 15 venez directement nous voir »
Après 24 h d'observation et d'anti coagulants : « vous pouvez sortir » Son mari non vacciné non testé non pucé mais masqué n'est pas autorisé par les deux jeunes vigies à monter la chercher dans sa chambre elle descend donc pour rejoindre la sortie et s'effondre dans le couloir. Branle bas de combat,  retour en chambre. Une gentille infirmière téléphone au mari : « Votre épouse a fait un malaise vagal » Pas grave donc, sauf que deux heures plus tard : « elle est sous oxygène les caillots sont remontés dans les poumons, elle est sous oxygène on vous tiendra au courant »

Jeudi : nouvelles révélations d'une infirmière après nouveaux examens, doppler, scanners échographies ...contrôle du taux d'oxygène sanguin... tout bien quoi : «Mme vous revenez de loin vous avez fait une thrombose pulmonaire aux deux poumons, vous aviez des phlébites aux deux jambes le docteur n'aurait pas dû vous laisser partir ». Sympa non ?

Le jeune médecin qui a examiné la vielle avait parait il des cernes sous les yeux et semblait épuisé.
Une chose curieuse. Dans le questionnaire du médecin de l'hôpital aucune  question concernant les vaccins par contre « faites vous de longs voyages ?» Curieux non quand on sait que les thromboses (caillots) sont mentionnés dans les effets indésirables possible par les fabricants mêmes de vaccins Ainsi donc pour moi la vieille a fait une thrombose vaccinale. Ce ne sera bien entendu jamais reconnu vu son âge (75 ans).

A ce jour la vieille est toujours à l'hosto sous oxygène « Vous en aurez pour 6 mois à vous en remettre et votre cœur à souffert vous avez encore pleins de caillots dans les jambes»

Ha j'oubliais de te dire : la vieille c'est ma femme !

Daniel Cayron

Défilement vers le haut