Témoignage

Témoignage d’un étudiant

Je suis étudiant dans un lycée du Gard (30). Le masque y est obligatoire dès la rentrée de septembre 2020, et ce partout sauf pour manger à la cantine où nous sommes confinés, en pratiquant une activité sportive ou encore pour dormir la nuit en internat. Je n’ai jamais cessé de résister en gardant mon masque sous le nez malgré les remarques répétées.

Un jour du mois d’octobre, j’ai eu un rhume (sans fièvre), on m’a tout de suite enfermé dans ma chambre d’internat avec prise de température. Des surveillants et la Conseillère Principale d’Education ont pourtant pris la décision de me faire partir de l’établissement afin que je sois isolé à mon domicile et que j’aille consulter le médecin qui me préconisera un test de dépistage. Je n’ai pas pu prendre rendez-vous avec mon médecin qui était surchargé dans son emploi du temps. Je suis donc revenu au bout d’une semaine en cours sans consultation et sans test PCR (de toute façon je n’aurais pas fait ce test car je n’étais pas malade).

Par la suite, je continuais à avoir mon masque sous le nez. Un surveillant a osé me dire :

« de me soumettre, de ne surtout pas penser par moi-même et d’appliquer ce que l’on me dit de faire».

Après les vacances de la Toussaint, un protocole sanitaire strict dans l’école est entré en vigueur en même temps que le 2ème confinement. Au 1er jour, ils m’ont harcelé avec le masque partout, même dans la chambre d’internat en début de soirée. On me forçait aussi à prendre ma température chaque soir, jusqu’à ce qu’on leur prouve qu’ils n’étaient pas en droit de le faire avec le code de santé publique et de la déclaration des droits de l’homme de 1789, ils ont dû rapidement arrêter. Avant les vacances de Noël, je me suis fait convoquer deux fois dans le bureau de la CPE pour avoir porté mon masque sous le nez. Un surveillant m’a accusé d’être « insolent », « égoïste » et d’être un « danger » pour avoir mis mon masque au niveau du menton dans la cour de récréation alors qu’il n’y avait presque personne et que je respectais la distanciation sociale. De plus, je n’ai jamais été irrespectueux envers le personnel, j’exprimais poliment mon désaccord sur la situation. Je pense qu’ils confondent une discussion liée à une injonction incohérente et « l’insolence ».

Le Proviseur m’a convoqué deux jours avant les vacances de Noël pour m’annoncer que j’allais recevoir un rapport d’avertissement pour motif : « Non-respect des consignes de sécurité (port du masque) malgré les nombreux rappels à l’ordre depuis la rentrée,

et insolence vis-à-vis du personnel ». Je risque par la suite une exclusion définitive si je persiste à vouloir respirer pour préserver ma santé.

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Autres témoignages

Défilement vers le haut
Aller au contenu principal