Témoignage de :

Thelma, Un endroit dans le monde

21 décembre 2021

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Bonjour,

J’ai 34 ans, je suis médecin urgentiste. Je voulais témoigner de la violence des annonces du gouvernement reçues le 12/07/2021 et de la loi du 05/08/2021. Je travaille dans un territoire sous dote médicalement. J’ai eu le covid en février 2021 en pleine épidémie de covid. J’ai été malade pendant 3 semaines et pourtant j’ai continué à travailler en unité covid pendant tout ce temps. J’ai fait des gardes de nuit et des gardes de jour. J’ ai soigné les patients tous les jours. Le service était rempli de patients covid. La grande majorité des patients qui présentaient des formes graves nécessitant de l’oxygénothérapie à haute dose étaient des patients ayant des facteurs de risque cardio-vasculaire et notamment un facteur commun à ces patients était le surpoids et l’obésité avec des patients présentant des obésités morbides (BMI au-dessus de 40).

Je suis urgentiste, je bosse au minimum 43 heures par semaine. Je fais parfois des semaines de plus de 55 heures en faisant deux gardes de nuit par semaine qui sont des nuits blanches à chaque fois. Je suis une femme jeune en bonne santé. J’ai une alimentation équilibrée. Je fais du sport. Depuis le 15/09, je suis interdite d’exercer la médecine car je refuse cette injection expérimentale.

Cette expérimentation mondiale est contraire au code de Nuremberg « le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel … la personne intéressée doit jouir de capacité légale totale pour consentir : qu’elle doit être laissée libre de décider, sans intervention de quelque élément de force de fraude, de contrainte de supercherie, de duperie ou d’autres formes de contraintes ou de coercition. Il faut aussi qu’elle soit suffisamment renseignée, et connaisse toute la portée de l’expérience pratiquée sur elle, afin d’être capable de mesurer l’effet de sa décision ».

Je suis actuellement en dépression profonde avec des idées suicidaires car je suis interdite d’exercer la médecine depuis le 15/09 après 10 ans d’études et 7 ans de médecine d’urgence. J’ai vu les conséquences de ces injections sur mes patients depuis janvier 2021. Je refuse toute expérimentation médicale sur ma propre personne. Je ne subirais aucun chantage ou menace. Je suis une femme libre. Je souhaite informer sur les conséquences graves prévisibles des injections prévues pour Noël chez les plus jeunes enfants. Les enfants sont en bonne santé. Ils ne doivent pas recevoir ces injections. Laissez les enfants vivre librement.

Thelma, Un endroit dans le monde, 13/12/2021

Défilement vers le haut