Témoignage de :

UN MOMENT D’ARRÊT ET… DE RÉFLEXION POSÉE, EMPREINTE DE CIVISME ;

11 février 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Comme un presto risque d’exploser si sa pression n’a pas d’échappatoire, la charge émotionnelle qui
afflige la population monte en pression dramatiquement, depuis bientôt 2 ans de « covid-19».
La Constitution de l’Organisation Mondiale de la Santé en 1946, révisée en 2006, nous a donné cette
définition : « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas
seulement en une absence de maladie et d’infirmité ».
Les mesures politiques imposées dans plusieurs pays ont générées des réactions en cascade menant
à un chaos dont nul ne peut prévoir l’issue : la plupart des entreprises sont affectées, que ce soit par
des délais d’approvisionnement sans échéance, des tarifs qui grimpent en flèche, le manque de
personnel... Le nombre de sans-logis a doublé dans certaines villes, dont beaucoup de gens âgés et le
Québec connaît 3 fois plus de tentatives de suicide depuis les mesures sanitaires attisées par la peur !
La détresse afflige toutes les strates de la population, même nos plus jeunes.
Comme le démontre l’enquête sur la gestion de crise dans les CHSLD du Québec, de nombreuses
décisions gouvernementales ont été catastrophiques et certains protocoles sanitaires inappropriés
ont induit des décès dans notre population la plus vulnérable. Cette mauvaise gestion a écourté la fin
de vie de milliers de nos aînés, atteint aussi pour la plupart d’autres pathologies. Que dire de la
prescription de la morphine par exemple au CHSLD Ste Dorothée, qui aggrave les troubles
respiratoires, comme relaté au Globe and mail par Mme Julie Morin, assistante-chef des infirmières
de ce service ?
D’après de nombreux avocats, l’article 118 de la loi sur la santé publique ne permet de déclencher
l’état d’urgence (pour 10 jours...) que si la menace est grave or bien que le variant omicron soit plus
contagieux, la très grande majorité de la population sera peu affectée car il est moins virulent. Les
« vaccins » n’empêchent pas la contagion, d’ailleurs n’est-ce pas les vaccinés, seuls autorisés à
voyager, qui ont ramené le dernier variant ?!!! De multiples éclosions ont eu lieu dans des milieux à
100% vaccinés comme sur des bateaux de croisière, mais aussi dans les centres de soin pour nos
aînés déjà malades, faisant douter que « la vaccination est la solution ».
De nombreux policiers refusent de renier leurs engagements envers le peuple que protège la Charte
des droits et libertés et ne sont pas capables de faire appliquer des décrets anticonstitutionnels.
Plusieurs ont démissionné pour ne pas contrevenir à leurs serments éthiques.
« La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social » : la pression psychologique
exercée au quotidien sur les travailleurs et sur la population en générale s’apparente à de
l’acharnement. Avez-vous entendu un seul conseil gouvernemental depuis mars 2020 pour améliorer
notre système immunitaire ? Il semblerait pourtant judicieux d’inciter par exemple à prendre de
bonnes marches ou pratiquer des activités méditatives pour réduire notre stress, faire vérifier notre
taux de vitamines dont on sait qu’elles contribuent à notre bouclier immunitaire interne...
La plupart des gens ayant affronté une grave maladie ont réalisé qu’au-delà des traitements à suivre,
une remise en cause de leur façon de vivre augmentait leurs chances de guérison.
PAS DE SANTÉ SANS JOIE DE VIVRE !
Si nous profitions de cette « maladie collective » pour creuser les fondements de notre société et
estimer où nous en sommes à l’aulne de l’état de complet bien-être ?
Est-il normal que dans nos pays riches, l’accès et la qualité des soins de santé aient été
drastiquement amputés depuis 26 ans, date du « virage ambulatoire » au Québec avec fermeture
massive de lits et incitation à la retraite du personnel soignant alors que les besoins augmentaient
avec l’âge de la population ? Sans farce, il est plus facile de faire soigner son chien sans délai...
Les différents partis au pouvoir ont aggravé ce sabotage... Pour faire face au déficit budgétaire ? Dans
ces mêmes décennies, les paradis fiscaux (voir Pandora papers) ont permis de détourner les milliards
qui n’iront plus aux services à la population. Chaque hiver, bien avant la crise du covid et depuis que
les CLSC répondant à bien des urgences locales aient été fermés, les délais dans les désormais mal
nommées « urgences », en découragent plus d’un. En ce début d’année 2022, un citoyen d’HamNord victime d’un accident a renoncé aux 7 heures d’attente demandées ; il est décédé sans soins.
La faute aux non-vaccinés ?
Merci d’écouter ce qu’ont à dire d’éminents spécialistes qui ont participé aux travaux entourant
l’actuelle réponse sanitaire, en 1e le Dr Geer Vanden Bossche, virologue et ancien employé du GAVI
(dont le Président est Bill Gates) qui, en date du 29-12-2021 sur le média BAM, nomme l’absolue
nécessité d’une immunité naturelle, bien supérieure aux injections artificielles. Même le Dr Robert
Malone qui a participé à l’élaboration des vaccins ARNm en déconseille vivement l’usage pour les
enfants (lors du Global covid summit, fin 2021).
De plus, lors de toute expérimentation, il est nécessaire de garder un groupe témoin, afin de
comparer d’éventuelles répercussions à moyen ou long terme sur les personnes ayant subies les
expérimentations géniques en cours dont, d’après d’éminents virologues tel que le Professeur Luc
Montagnier (prix Nobel de médecine, en entrevue sur France-soir en mai 2021) : « la protéine de
virus injectée dans le corps peut générer des maladies auto-immunes ». Reinfocovid relate beaucoup
d’effets secondaires…
Pourquoi ne pas faire confiance dans ces « vaccins expérimentaux » : une des raisons les plus
sérieuses de ce refus, c’est de savoir qu’une entreprise telle que Pfizer a écopé au cours des 20
dernières années pour « malfaçon de médicament » d’amendes totalisant 5 milliards d’euros...
Combien de victimes de ces fraudes par l’industrie de Big Pharma? L’ouvrage « La vérité sur les
médicaments » écrit en 2014 par un collectif de professeurs en médecine des plus grandes
universités, explique « comment l’industrie pharmaceutique joue avec notre santé » et révèle une
corruption généralisée… Le Code de Nuremberg garantie notre droit de refus de subir tout
traitement contre notre volonté « libre et éclairée ».
« L’ancien vice-président de Pfizer met en garde contre la tyrannie sanitaire permanente et
totalitaire ». C’est le titre de l’article réalisé par Pierre-Alain Depauw dans Exportmci., le 15-12-2021,
Lors du Symposium Doctors for covid ethics , le Dr Michael Yeadon déclare que l’imposition de
passeports vaccinaux « n’ont rien à voir avec la santé publique mais concernent uniquement le
contrôle totalitaire ». Cet expert en pharmacologie respiratoire confirme que les vaccins ne réduisent
pas la transmission.
Publiée le 20-11-2021 dans The Lancet, une étude médicale sous la direction de Günter Kampf,
épidémiologiste à l’Université de Greifswald en Allemagne, postule même que chez les 60 ans et plus
« les vaccinations complètes devenaient une source de propagation virale ».
Ne nous croyez-pas sur parole : faites vos vérifications!
Sylvie Berthaud au Québec

Défilement vers le haut