Témoignage de :

Un vent de liberté …

7 février 2022

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Ah, mes amis, ah que ça fait du bien de respirer le vent de liberté qui nous vient du Canada.

Par des températures polaires un grand vent s’est levé et Justin « la Terreur » a été pris de panique … Un blizzard révolutionnaire s’est abattu sur lui.

Ah que ça fait chaud à l’âme de voir les camionneurs envahir Ottawa, quel enchantement de voir les gens venir les soutenir et manifester avec eux.

En France il est vrai, en l’absence de vent, il faut nous boucher le nez pour ne pas respirer les flatulences du Président « emmerdeur » et celles de tous ses vassaux.

Il est vrai également qu’une grande majorité de nos concitoyens ont perdu l’odorat et ils ne sentent pas les odeurs nauséabondes provenant de leur QRcode puant, ils s’y sont habitués.
Mais nous, les résistants, sommes là pour chasser la puanteur, pour qu’un vent de vie souffle sur notre beau pays, pour ne jamais tomber dans l’habitude.

Allons nous asseoir sur un banc et chantons :

« À m'asseoir sur un banc, cinq minutes, avec toi
Et regarder les gens, tant qu'y en a
Te parler du bon temps, qui est mort ou qui reviendra

À m'asseoir sur un banc, cinq minutes, avec toi
Regarder le soleil qui s'en va
Te parler du bon temps, qui est mort et je m'en fous
Te dire que les méchants, c'est pas nous
Que si moi je suis barge, ce n'est que de tes yeux
Car ils ont l'avantage d'être deux
Et entendre ton rire s'envoler aussi haut
Que s'envolent les cris des oiseaux
Te raconter, enfin, qu'il faut aimer la vie
L'aimer même si le temps est assassin et emporte avec lui
Les rires des enfants
Et les Mistral Gagnants
Et les Mistral Gagnants »

Merci Renaud.

Le 1er février 2022, Jean-René Pélisson

P.S. : Un grand monsieur, un québécois, anthropologue humaniste … s’en est allé. Serge Bouchard est mort et je pleure.

- Voici ce qu’il disait avant de quitter notre monde décadent, enchainé par les protocoles sanitaires qui sont la négation de l’humain.
https://www.youtube.com/watch?v=9RTJhBMWbkI

Serge Bouchard avait aussi une passion : la route, qu’il adorait prendre avec sa voiture et partir découvrir des coins de ce vaste continent, la plupart du temps seul durant ces excursions exploratoires. « La route, c’est ma passion, je suis un routier et je vous invite à embarquer avec moi » a-t-il déclaré quand il a commencé son émission, Les chemins de travers, dont le premier épisode portait justement sur la route. Il vouait aussi une grande admiration aux camionneurs, il en a accompagné pendant deux ans et sa thèse de doctorat de l’Université McGill va d’ailleurs porter sur la vie des camionneurs.
« C’est un mode de vie, être chauffeur de camion, c’est plus qu’un emploi, c’est un métier au sens d’autrefois » disait-il.

https://information.tv5monde.com/info/mort-de-l-anthropologue-sergebouchard-figure-de-la-vie-intellectuelle-quebecoise-40834

Défilement vers le haut