Témoignage de :

Vacciné, pas vacciné ? Un monde binaire vraiment ? Attention aux statistiques.

8 décembre 2021

La crise du Covid 19 est venue
bouleverser votre quotidien ou celui d’un proche ?
 Racontez-vous, racontez-nous ces moments
avec vos propres mots…

Je veux témoigner ...

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Sciences :

Avec le scientifique statistocrispus nous avons mené une étude représentative sur les malades critiques du covid sur un échantillon de 19000 motards.

Il apparait que :

Sur 19000 motards** 15 ont présenté des symptômes du covid handicapants (malades, soins critiques)

Sur ces 150 motards, nous avons cherché à savoir quelle marque de moto pouvait influencer la maladie.

10 malades légers ont été recensés pour les possesseurs de BMW et de Ducati.

50 pour les possesseurs de Honda

50 pour les possesseurs de Kawazaki

40 pour les possesseurs de Suzuki.

Aucun malade grave n'a été recensé pour les possesseurs de GS et de Multistrada. A noter que parmi les suzukis, aucun malade n'a été recensé pour les 125 GN précisément. Surement à cause de la lettre G. Nous pousserons l'étude sur les motos avec des G.

Conclusion : Rouler en GS, ou une Multistrada protège à 100% des effets secondaires du covid (être gravement malade du covid n'est pas je le rappelle le but du virus qui veut nous habiter tranquillement et se reproduire un max peinard).

Nous nous sommes ensuite intéressés à ceux qui n'étaient pas malades.

Dans 100% des cas des non malades, 100% étaient motards.

Les deux malades légers en BMW et Ducati n'avaient pas roulé depuis un petit moment.

Nous avons conclu que de faire de la moto d'une part était un facteur important pour protéger du covid. Et particulièrement en GS ou en Ducati pour éviter des effets importants.

La semaine prochaine nous referons une autre hypothèse avec des carencés ou pas carencés de divers éléments nécessaires au bon fonctionnement de notre immunité naturelle*.

Et la semaine d'après nous poserons l'hypothèse "Pratiquer le sexe régulièrement ou non ?".

Des études financées par la fondation BMW, la fondation Juvamine, et la fondation Durex.

Bon café !

(ah oui tiens, Café ou pas café ?)

*entre autre carences en vitamine D, zinc, selenium d'après certaines études elles vraiment sérieuses.

** Sur 19000 motards nous avons extrait les motards décédés par écrasement contre objet 3D pour être parfaitement scientifiques et les motards mythos.

 

 

J'essaye juste de dire que les statistiques c'est une affaire de spécialiste et que leur lecture aussi demande du recul.

Quant au vaccin, il se comporte comme un "cours de pilotage spécialisé" pour les motards. En cas d'accident, il est évident que c'est une compétence intéressante (en supposant que le cours était de qualité bien sûr). Tous les motards n'ont pas besoin de cours de pilotage sur circuit.

 

Le "cours de pilotage" (aussi évident donc que soit son utilité) ne peut pas faire grand- chose si les freins sont usés, qu'on roule à des vitesses insensées, qu'on n’a pas fait les révisions sur la moto, que les pneus sont lisses, que les routes sont mal entretenues, que d'autres ne font pas gaffe etc, etc. Ce qui est intéressant, c'est l'ensemble des couples (oui/non) qui fait qu'on a un accident. On ne résume pas les accidents de moto à "cours de pilotage ou non ?". On met tout en lumière pour faire des vraies statistiques et surtout déterminer les leviers durables pour éviter un maximum de morts. Le fait qu'un levier d'amélioration est partiellement vrai n'implique pas, et c'est un énorme biais de pensée, que d'autres leviers ne le sont pas tout autant (surtout si on ne les imagine ou ne les cherche pas... cela revient à "où va l'argent, qui cherche le plus ?).

D'après les fabricants d'airbag, l'airbag sauve des vies : ils ont raison.

D'après les fabricants de pneus, des pneus neufs sauvent des vies : ils ont raison.

D'après les fabricants de coyote, cela sauve des vies, ils ont raison.

D'après l'état le bon état des routes... euh là non pardon, ils ne disent rien (et sifflotent en regardant ailleurs)

D'après les mécanos, le bon entretien sauve des vies, ils ont raison. Etc etc.

La médecine ne se résume pas à l'allopathie déjà, mais l'allopathie elle-même ne se résume pas à des conclusions binaires isolées. Elle s'intéresse aux faits. Aux preuves. Aux statistiques donc. Et pour en avoir, il faut poser toutes les hypothèses ou avouer qu'on fait de l'évangélisation sur un des remèdes. J'en reviens au début de ce paragraphe donc pour dire à quel point il me semble qu'on est éloigné actuellement de toute démarche de curiosité, tant le discours est biaisé par ce fameux "vacciné / pas vacciné" qui depuis le début est vu et vendu comme la porte de sortie pour tous et tout le monde. Les dernières publications des chercheurs montrent que certains d'entre eux collectent d'autres données tout aussi intéressantes (plus intéressantes selon moi du moment que leurs recherches nous rendent indépendant des labos, qui certes, OUI, re-oui, sauvent des personnes âgées notamment). Le fait que maintenant des vaccinés arrivent, dose récente ou non, dans les hôpitaux va peut-être réouvrir la question du pourquoi certains et pas d'autres.

Le vaccin n'est visiblement pas aussi au point dans la durée, ou dans le frein à la transmission, que son fabricant le vantait, mais a été mis sur le marché très rapidement. La question qui se pose au regard de mon image sur l'accidentologie routière, est pourquoi aussi peu d'études (ou de publicité de ses études ?) sont engagés pour comprendre pourquoi nos mécanismes naturels ne fonctionnent pas dans certains cas. Le postulat de base devrait être celui-là, et pas "on a besoin d'un vaccin, il va tous nous sauver". Je ne parle donc ni de médicaments post maladie, mais bien -à l'équivalent du vaccin- de protection contre le virus. Des études belges montrent des carences en zinc et selenium, d'autre en vitamine B. ET... combien d'autres études ? et quel relai dans la presse. Tout cela parait tellement logique en

plus...

Nous sommes naturellement fabriqués pour résister, le virus n'a pas d'intérêt à nous tuer, nous sommes sa maison et sa maternité, mais dans certains cas, relativement rares et ciblant particulièrement des populations, il rend malade jusqu'à tuer. Le pourquoi, me semble tout aussi intéressant pour corriger que le vaccin (qui de plus plaqué sur des gens immunodépressifs ne marchent que très peu).

 

Bref, libérons la recherche et la pensée de cet unique "vacciné ou pas ?" ! Ce n'est pas scientifique.

Un tel biais ne serait pas accepté dans le monde de l'entreprise.

 

Joël, Ingénieur Informatique.

Défilement vers le haut